21 janvier 2019

On the road again... Découverte des terres australes du Continent Africain…


Avant d’aborder plus amplement les principaux moments de notre extraordinaire voyage en Afrique du Sud (Zuid-Afrika en Afrikaans / South Africa en Anglais), il paraît essentiel de remémorer quelques recommandations qui ont guidés les voyageurs au cours des siècles et qui, étant encore d’actualité, se sont avérés aussi vrais pour nous :

« Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin ! » Siddhārtha Gautama (Bouddha, 566 av. J-C - 452 av. J-C)

« Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page ! »
Augustin d'Hippone (Saint Augustin, 354 - 430)


« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage ! »
Joachim du Bellay (1522 – 1560)


« Voyager, c’est naître et mourir à chaque instant ! »
Victor-Marie Hugo (Victor Hugo, 1802 – 1885)

« May your choices reflect your hopes, not your fears ! »
Nelson Rolihlahla Mandela (Nelson Mandela, 1918 – 2013)

« Once you have travelled the voyage never ends.
   The mind can never break off from the journey! »
Donald Patrick Conroy (Pat Conroy, 1945 – 2016)

Keurboomstrand - Plettenberg Bay - Western Cape 
On ne voyage pas aujourd’hui, au 21e siècle, comme l’on voyageait autrefois, ceci est incontestable, les Caravelles ne sont plus des navires s’aventurant sur des océans inconnus, et les Voitures ne sont plus des charrettes en bois tirées par des animaux. De grands oiseaux de métal transportent, entre leurs ailes et leurs réacteurs, des voyageurs, plus ou moins pressés, plus ou moins professionnels, plus ou moins plaisanciers, à la poursuite de relations familiales, amicales ou personnelles aux quatre coins du Monde, contribuant ainsi un peu (et parfois beaucoup) à la pollution atmosphérique, que la plus part des Globe-trotters dénigrent, mais que tous sans distinction contribuent malgré leurs bons sentiments à entretenir, dans les Airs comme sur Terre.

Je voudrais donc tenter, pour toutes celles et ceux qui n’auraient pas pu nous suivre sur nos pages Facebook entre le 29 Septembre et le 2 Novembre 2018, de tracer un récit de ce voyage aux multiples facettes que nous avons eu la chance de faire, à la découverte d’un grand pays des terres australes du Continent Africain : l’Afrique du Sud !

Drakensberg escarpment - Mpumalanga - South Africa

L’Afrique du Sud est incontestablement un grand pays, de par sa taille en premier lieu, puisqu’il couvre une superficie d’un peu plus de 1.219.912 km², ce qui correspond, par comparaison, à un peu plus de deux fois la superficie de la France Métropolitaine, qui est de 551 695 km2, et à un peu plus de vingt huit fois celle des Pays-Bas, qui est de 41.543 km². Le plus grand parc naturel d’Afrique du Sud, le « Parc national Kruger » (Kruger National Park), est, avec sa superficie de 18.989 km², d’une grandeur supérieure à la moitié de la Belgique.

L’ampleur, parfois démesurée, de l’Afrique du Sud s’affirme en premier lieu dans sa géographie. Ceci est incontestablement visible dans ses paysages grandioses, que ce soit ceux de ses chaines de montagnes, qui renferment dans leur géologie les traces de la genèse de la formation de plusieurs continents ou sous-continents, lors de la scission du Gondwana, ceux des plaines semi-arides qui forment le cœur du pays, ceux des riches collines couvertes de vignes de la région du Cap, ou ceux plus verdoyants et au relief accidentés des rivages de l’Océan Indien et de l’Océan Atlantique Sud et certainement par l’agglomération de Johannesburg, qui avec ses douze millions d’habitants est une des plus grandes villes du continent africain.

Worcester - Breeedekloof - South Africa

Mais ce sont peut-être encore plus ses faunes et flores terrestres et maritimes étonnamment variées, ses zones climatiques, sa préhistoire qui en font l’un des berceaux de l’humanité, son histoire très riche et très complexe, du fait de la juxtaposition de peuples et de cultures très différentes qui se sont succédées et côtoyées depuis la Préhistoire, qui rendent l’Afrique du Sud unique.

Masorini - Archeological Site - Kruger Park

L’Afrique du Sud est aussi un grand pays de part son agriculture, sa gastronomie, ses vins, et surtout ses ressources minières, qui ont fait autrefois sa richesse mais aussi son malheur, et dont certaines d’entre elles sont aujourd’hui malheureusement aux mains de millionnaires étrangers. Bien que la production d’électricité dépende très largement des mines de charbons à ciel ouvert, son économie est considérée comme la deuxième plus importante d'Afrique, malgré un taux de chômage relativement élevé, et des fluctuations considérables de la monnaie Sud Africaine, le Rand, qui favorise cependant les visiteurs venus de la zone Euro. 

Riversdale et Langeberg Mountains

L’Afrique du Sud est aussi un grand pays par sa démographie et ses 56 millions d'habitants, sa population très diverses, les nombreuses ethnies, leurs dialectes, leurs traditions et cultures, sans oublier de signaler l’importance des onze langues officielles parlées dans les différentes régions.
Neuf des langues parlées en Afrique du Sud appartiennent à la famille des Langues Bantoues. Quatre d'entre elles sont apparentées au Groupe des langues dite NguniZulu (langage usuel pour 24% de la population), Xhosa (parlé par 18% des Sud-africains), Swati et Ndebele ; Trois autres sont proches des langues dites Sotho-Tswana : Sotho du Nord, Sotho du Sud et Tswana.
Deux des langues en usages en Afrique du Sud ont pour origine la branche des Langues Germaniques Occidentales : Afrikaans (apparenté à l'Ancien-Hollandais et parlé par 13% de la population) et Anglais Sud-africain. (dérivé de l'Anglais de base parlé dans les anciennes colonies britanniques, et couramment pratiqué par près de 10% de la population).
L'Anglais Sud-Africain est la seconde langue la plus communément parlée, elle est immédiatement suivie, comme deuxième langue pratiquée, par l'Afrikaans et le Zulu dans l'ordre d'importance des locuteurs.

L’Afrique du Sud est aussi un pays au premier plan international pour le sport, de part les performances des athlètes et des équipes nationales sud-africaines dans de nombreuses disciplines sportives, une expression artistique et culturelle composite, dans laquelle la musique a toujours tenu une place prépondérante, ainsi qu’une littérature créative.

Rappelons aussi une particularité politique et administrative de l’Afrique du Sud que nous avons découvert lors de ce voyage : La ville de Pretoria est la capitale administrative, où se trouve le Siège du gouvernement ; Le Cap peut être considérée comme la capitale parlementaire, où se réuni le parlement Sud-africain ; L'instance judiciaire suprême du pays, la Cour constitutionnelle, siège à Johannesburg.

L’Afrique du Sud est aussi caractérisée par la diversité des religions : le Christianisme (communauté qui rassemble près de 80% de la population et dont la majorité des fidèles sont membre d’une communauté Protestante, Réformée, Anglicane ou Évangélique, les Église de Zion, Méthodiste et Pentecôtiste rassemblant aussi une part importante de fidèles ; 6,8% des chrétiens se disant Catholiques Romains) ; l’Islam (rassemblant près de 1,5 % des croyants) ; l’Hindouisme (pour un peu plus de 1,25 % de la population) ; les Religions traditionnelles (pour moins d’un demi pour cent de la population) ; le Judaïsme (la plus petite communauté de croyants qui réunie moins d’un quart de pour cent de la population).  Ces religions tiennent une place importante dans la société sud africaine, bien que 15 % des Sud-Africains se présentent comme étant sans religion.

Nederlandse Gereformeerde Kerk - Tsitsikamma

Il est incontestable de devoir admettre que l’Afrique du Sud est aussi un pays à l’histoire mouvementée et parfois violente, non seulement sous ce qui a été le Régime de l'apartheid de 1948 à 1991, mais aussi depuis la fin de ce régime en 1992 et la mise en œuvre laborieuse d'une démocratie multiraciale. 
Malgré l’accession de Nelson Mandela à la présidence de la République (de 1994 à 1999), la volonté de certains hommes et femmes politiques, ainsi que d’éminents membres de la société civile et des différentes Églises, de faire de l’Afrique du Sud une « Nation arc-en-ciel », comme l’avait souhaité l'Archevêque Desmond Tutu, s’est heurtée et se heurte encore à de nombreuses oppositions.

Nelson Mandela - Apartheid Museum - Johannesburg

La situation politique actuelle demeure complexe à comprendre ; Elle est dominée par l’ANC (National Africain Congress), qui a obtenu près de 66% des suffrages aux dernières élections générales, directement suivi par la DA (Democratic Alliance), principal parti d’opposition,  soutenue par près de 18% des électeurs, selon les informations des médiats.

Certaines personnes, en Afrique du Sud même, n’hésitent pas à affirmer que la société Sud-Africaine est rongée par des scandales de corruption ou de meurs, qui touchent plusieurs partis politiques, des administrateurs, des chefs d’entreprise, des lignées souveraines locales, impliques aussi d’anciens ministres ou des personnes proches de certains membres de l’actuel gouvernement, du moins si l’on veut bien accorder, encore une fois, quelques crédits aux informations des médiats nationaux et internationaux et aux dires de la population. Même en prenant les révélations avec prudences, il est malheureusement indéniable de devoir admettre que la criminalité, souvent liée à la pauvreté ou au manque d’éducation, reste un des grands problèmes auxquels est aujourd’hui confronté la société Sud-Africaine, et il n’est pas rare que cela donne une mauvaise image aux voyageurs, qui parfois craignent pour leur sécurité. Cependant, notre expérience positive, voir même souvent très positive, pendant les six semaines de notre voyage, nous permet de nuancer largement cette impression négative que peuvent avoir les visiteurs étrangers.

La complexité de la vie sociale en Afrique du Sud n’a d’égale que la gentillesse et la civilité de ses habitants ! Quelconques soient-ils, la grande majorité d’entre eux ne demandent qu’à vivre le mieux qu’ils peuvent, dans une ambiance familiale sereine.

Le voyageur, respectant certaines règles de sécurité élémentaires, et aussi les habitudes et les prescriptions usuelles en Afrique du Sud, n’a généralement pas à craindre outre mesure pour lui même ou ses proches, mais il est recommandé de rester vigilant pour la protection des biens personnels et de pas se promener dans certains lieux après le couché du soleil. 

Il reste indéniable qu’en Afrique du Sud la prudence est préférable à l’insouciance. Car en plus des désordres ordinaires de la société, comparables à ce que l’on connaît dans la plupart des pays européens ou occidentaux, il ne faut pas non plus oublier que les animaux sauvages, d’approche relativement facile dans les Parc Naturels et parfois dans le reste du pays, peuvent se transformer en prédateurs agressifs et même, dans certaines situations, être franchement dangereux, et leur comportement naturel fatal pour les êtres humains. 

Après ces points de considération générale, il est grand temps de parler de notre voyage, de notre périple, ainsi que de nos aventures et découvertes personnelles en Afrique du Sud 

Route Nationale N2 - Kwazulu Natal

Vol intercontinental de l’Aéroport d’Amsterdam Schiphol, aux Pays-Bas, à l’Aéroport International OR Tambo de Johannesburg, en Afrique du Sud :
Notre approche de la partie australe du Continent Africain commença par un voyage en avion de plus de 9.000 kilomètres, parcourus sur le Vol KL591 de la KLM, en Boeing 777-200, entre l’Aéroport d’Amsterdam Schiphol et l’Aéroport International OR Tambo de Johannesburg, survolant ainsi du Nord au Sud : les Pays-Bas, la Belgique, la France, l’Ouest de la Méditerranée, l’Algérie, le Niger, le Tchad, la République Centrafricaine, le Congo-Brazzaville, la République Démocratique du Congo, l’Angola, la Zambie, la Namibie, le Botswana et enfin l’Afrique du Sud, soit un total de 14 pays, une mer et deux continents. 
Nous avons été extrêmement chaleureusement accueillis à notre arrivée à l’Aéroport International OR Tambo de Johannesburg par nos amis André et Rendie.  Lorsque l’on consière que Rendie était aussi notre voisin à La Haye, aux Pays-Bas, on réalise que le monde est petit. Ils nous ont conduit dans leur très belle maison située à Pretoria, où nous devions passer une première nuit agréable en Afrique du Sud.

Route Nationale N1 - Pretoria - Gauteng Province


Pretoria :
Pour notre première journée en Afrique du Sud, le Samedi 29 Septembre 2018, nous avons pris tout d’abord possession du 4x4 de location avec laquelle nous allions effectuer notre périple.
Avant de prendre la route nous avons, sur la recommandation d’André, d’abord acheté avec l’aide de Rendie, qui a été pour nous un guide très amical et efficace ce matin là, une carte prépayée pour le portable d’Ineke, à laquelle était lié un numéro de téléphone Sud-africain, qui nous a été par la suite très utile dans les communications locales !  .
Une fois installé au le volant de l’Hyundai Tucson 4x4 je reprenais connaissance avec la particularité de rouler à gauche, que nous avions expérimenté en Grande-Bretagne dans un passé déjà lointain. Cette conduite à gauche, qui est normale en Afrique du Sud, s’est cette fois faite par l’intermédiaire d’une voiture équipée pour ce genre de conduite, le volant étant à droite, à ceci il faut ajouter que notre voiture de location était équipée d’une boîte de vitesse automatique, donc avec un confort de conduite optimal ! 

Routes Nationales N1 et N4 - Pretoria

Trajet de Pretoria, Province de Gauteng, à Polokwane - Pietersburg, Province du Limpopo (Transfert de 254 km) :
Notre premiers parcours se fit sans difficulté sur la portion de la Route Nationale N1, qui relie les villes de Johannesburg et Pretoria, dans la Province de Gauteng, avec les villes de Mookgopong et Polokwane, dans la Province du Limpopo.
Sur la N1, comme sur les autres autoroutes et route nationales Sud-Africaines, la vitesse est limitée à 120 km, sauf restriction particulières, comme par exemple dans les zones de travaux, qui sont signalées par des panneaux et des préposées agitant des drapeaux rouges, et où la vitesse est limitée à 80km, ou à 60km selon les obstacles.  
Depuis l’intersection autoroutière de Wolmaranspoort, dans la banlieue de Pretoria, Province de Gauteng, la Route Nationale N1 évolue d’un tracé semblable à celui d’une large autoroute à péage à 2 fois 4 voies séparées par un terreplein central, jusqu’à un profil classique d’autoroute à 2 fois 2 voies séparées par des glissières de sécurité.
Après la barrière de péage de Kranskop la N1 devient une voie rapide à 2 fois 2 voies, séparées par un simple marquage de deux bandes de peinture blanche et une de peinture jaune, au centre du sol de la chaussée. Nous avons rencontré ce genre de transition sur toutes les Routes nationales d’Afrique du Sud, et en règle générale celles-ci, comme les Routes régionales, sont généralement agréables à parcourir en voiture.
Non seulement le profil de la route N1 évolue entre Pretoria et Polokwane, mais la physionomie du paysage change aussi. Des ondulations de collines commence à apparaître après Kranskop, ce qui est un réel contraste avec la partie précédente ayant généralement l’apparence d’une large plaine entrecoupée par les lits de l’Apisrivier et de la Pienaarsrivier.
En passant près de Nylstroom, l’imposante colline montagneuse de « Modimolle », aussi connue sous le nom de « Montagne des dieux », et qui a donné sont nom actuel à l’agglomération de Nylstroom- Modimolle, s’élève de plusieurs dizaines de mètres au dessus du paysage environnant.

Colline de « Modimolle »
Aire de service de « Zebetiela »
Peut après la jonction entre la Route Nationale N1 et la Route Régionale R101, le paysage continu d’être marqué par une succession de petites collines qui s’étirent sur les deux côtés de la route en direction de Mookgopong et de Polokwane.
Après avoir passé la barrière de péage « Nyl Toll Plaza » nous avons découvert, lors d’une petite halte sanitaire, les aménagements originaux des aires de service et de stationnement, qui bien que semblables à ceux que l’on trouve dans de nombreux pays européens, présentent des aménagements caractéristiques inspirés des maisons rondes africaines (Rondavel) couverts d’une toiture de chaume typique de la région de Zebetiela, mais adaptés aux exigences modernes puisque les chaises et tables sont fabriquées en matériaux synthétiques.
Ce tronçon de la N1 devait finalement nous conduire à Pietersburg - Polokwane, riche d’environ 150.000 habitants, et chef-lieu de la Province du Limpopo.


Polokwane - Pietersburg :
Nous avions décidé de ne pas rouler de nuit et de faire halte à mis chemin entre Pretoria, où nous avions débuté notre voyage, et Phalaborwa, où nous avions réservé notre lieu de résidence pour les jours suivants. Nous avons donc passé notre seconde nuit à Polokwane

« Meropa Hotel  » Polokwane - Pietersburg
Chambre « Meropa Hotel  »Polokwane - Pietersburg
Jardin « Meropa Hotel  »Polokwane - Pietersburg
Le « Meropa Hotel - Casino Camp - Entertainment World » s’est avéré être très confortable, et le personnel très accueillant et prévenant. L’hôtel offrait de plus une ambiance panafricaine surprenante, mais très agréable, mélangeant plusieurs styles culturels du Continent Africain.


Trajet entre le « Meropa Hotel », à Polokwane - Pietersburg, Province du Limpopo, et « Silonque Bush Estate », près de Phalaborwa (Transfert de 220 km) :
Pour notre deuxième journée en Afrique du Sud, les impressions se sont succédées et étaient toutes plus incroyables les unes que les autres. Nous avons quitté la Route Nationale N1 pour emprunter les Routes Régionales R71 et R528 entre Polokwane - Pietersburg et Phalaborwa.
Ce trajet nous ont fait traverser des paysages typiques de la Province du Limpopo, bush et savane, mais nous a aussi fait découvrir, dans la région de Haenertsburg et Tzaneen, des montagnes couvertes de forêts verdoyantes. Les boisements sont constituées principalement de plantations de résineux et d’eucalyptus, qui ont parfois tendance à supplanter les espèces traditionnelles africaines, et sont grosses consommatrices d’eau.

Magoebaskloof
R528 / Groot-Letaba
Ebenezerdam / Broederstroom
Ces forêts, aux bords de route fleuris, sont parsemées de lacs de barrages, comme ceux du « Ebenezerdam » et du « Tzaneendam », entourés par des terres rouges typiques de l’Afrique du Sud et par des sommets montagneux parfois entourés de brouillard dans les environs des cols de la Magoebaskloof . Le plus impressionnant de ce trajet restera toutefois pour nous le paysage du bush entre Gravelotte et Phalaborwa, particulièrement les rochers imposants et les routes de terre qui nous ont menée au « Silonque Bush Estate » où, couronnement ultime d‘une journée extraordinaire, une girafe nous a tenu compagnie en début de notre soirée d’arrivée ! 

« Spekboom Street » - Phalaborwa
Girafe - « Silonque Bush Estate »

Planification et organisation :
Pendant ces deux premiers jours de notre séjour en Afrique du Sud, notre « Planification d'itinéraire », préparé par nous mêmes avant notre départ et qui n’avait rien à envier à celle d’un tour-opérateur, s’est avéré de première importance. La récapitulation des Hôtels, Maisons d’hôtes, Lodge’s, Gites et B&B, incluant les copies des mails échangés avec les propriétaires ou les managers des accommodations, ainsi que la description détaillée des trajets, se sont aussi avérés être une garantie de tranquillité pour nous.
Il faut aussi préciser que les moyens modernes de communication, qui contribuent à transformer nos téléphones portables en ordinateur, permettant l’accès à la récapitulation de nos réservations (sympathies à Booking.com), complétés par un boitier électronique de téléguidage sur écran tactile (remerciements à Tomtom), nous ont été aussi très utile grâce aux cartes routières téléchargées avant notre départ des Pays-Bas.

Lodge - « Silonque Bush Estate » - Phalaborwa

« Silonque Bush Estate » à Phalaborwa et « Kruger National Park »  :
Nous avions décidé de séjourner un peu plus d’une douzaine de jours dans un Lodge du « Silonque Bush Estate », situé près de Phalaborwa et proche du « Kruger National Park ».
C’est pourquoi nous avons consacré une partie de notre troisième journée en Afrique du Sud à l’acquisition de la « Wild Card ». Cette carte, valable pour un couple et pour une année à compter de sa date de délivrance, est le passeport d’entrée dans tous les Parcs naturels Sud-Africains. Nous avons immédiatement utilisé ce droit d’entrée pour faire une incursion dans le « Parc Kruger » et l’après-midi fut aussi magnifique et étonnante que les précédentes.


« Nhlanganini River bed » - Kruger Parc

Éléphant de savane d'Afrique - Kruger Parc

Grand Koudou - Kruger Parc

Southern Ground Hornbill - Kruger Parc
Babouin - Kruger Parc
Yellow Hornbill - Kruger Parc

En revenant au « Silonque Bush Estate », nous avons appris le décès de Charles Aznavour, alors nous avons eu un peut de vague à l’âme ce soir là. .
La nouvelle de cette disparition, qui nous arrivait aux antipodes, m’a fait soudainement pensé à sa chanson « Emmenez moi » :
« Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil ! »


Environs du « Silonque Bush Estate » - Phalaborwa

Après les longues routes des journées précédentes nous faisions connaissance avec la ville provinciale de Phalaborwa, située dans la Mopani District Municipality, et qui a donné son nom à l'une des principales portes d'accès au National Park Kruger, la « Phalaborwa Gate » ! 
Depuis l'entrée de ville et le croisement de Spekboom Street et Kiaat Street, la Route provinciale R71, aussi appelée « Hendrik van Eck Street », conduit les visiteurs à l'entrée du Kruger Park en traversant l'agglomération de Phalaborwa d'Ouest en Est.

Nous avions déjà fait connaissance, le jour précédent, avec la manière apparemment nonchalante de nombreux habitants de cette partie de la Province du Limpopo de traverser la route, même lorsqu'une voiture arrive, en ayant, particulièrement les femmes, une certaine autorité dans la démarche qui incite les conducteurs à réduire la vitesse avec laquelle ils roulent.
Mais les femmes « Tsonga » ou « Pedi » qui traversent la R71 sont beaucoup plus que des autochtones aux tenues caractéristiques et colorées ; Elles sont par leur démarche de vraies princesses africaines (au sens réel du terme) !
Cette remarque n'est pas motivée par la dérision ou la critique, loins s'en faut, mais par une réelle admiration que nous éprouvons pour les femmes africaines, car, comme le faisait à juste titre remarquer Ineke, ma compagne de vie et de voyage : « Ces femmes sont de vraies Reines qui croisent notre humble route ! »


Floraison printanière - Phalaborwa

La perception de la beauté de la Province du Limpopo et surtout de ce que nous avions déjà découvert du « Parc Kruger », qui est l’une des plus grandes et étonnantes réserves naturelles d’Afrique du Sud, nous avait vraiment impressionnéIl faut préciser que nous étions au début du printemps en Afrique australe, en ce début du mois d’octobre 2018. Suite à un hiver extrêmement sec dans cette partie du continent africain, le paysage de savane sèche était presque dénudée dans le parc naturel. Ce qui est loin d’être la même chose pendant la saison d’été où les pluies sont de retour et font verdoyer le bush. 

« Kruger National Park » :
La découverte de la faune et des paysages du « Krugerpark », aussi appelé « Nasionale Krugerwildtuin » en Afrikaans, nous a entraîné d’étonnements en surprises à couper le souffle !
Malgré la sécheresse, il restait encore de l’eau dans certains fonds de vallée et quelques arbres verdoyants là où les sols avaient gardé un peu d’humidité.
C’était des endroits de prédilection pour beaucoup d’animaux : Éléphants, Buffles africains, Girafes, Zèbres des steppes, Hippopotames, Babouins, Grands Koudous (Kobus ellipsiprymnus), oui, ce nom latin ne s’invente pas, ainsi que des Springboks, des Impalas, diverses sortes d’oiseaux, que nous avons pu observer au long de la routes principale et aux détours des pistes en terre, entre la « Phalaborwa Gate » et le « Letaba Rest Camp », éloignés d’environ 50 km.


Zèbre de montagne du Cap - Kruger Parc
Buffle d'Afrique - Kruger Parc
Hippopotame - Kruger Parc
Lion d'Afrique - Kruger Parc
Jeune Grand Koudou - Kruger Parc

Les animaux que nous avons le plus souvent rencontrés étaient les Impalas (Aepyceros melampus), appelés « rooibok » en Afrikaans. Ils sont la sorte d’antilopes la plus répandue en Afrique du Sud. Leur pelage est de tinte brun rougeâtre sur le dos et beige sur les côtés, avec une petite queue blanche, ils sont caractérisés par des lignes noires, uniques à chaque individu, au bout des oreilles, sur le dos de la queue, le haut des cuisses et sur le front. Ces signes distinctifs permettent aux impalas de se reconnaître entre eux.
Troupe d'Impalas - Kruger Parc

Mais, par dessus toutes les impressions vécues, nous pouvons vous assurer que lorsqu’une troupe d’éléphants coupe votre route, et que vous devez attendre patiemment que la quinzaine de pachydermes qui la compose soit passée d’un côté à l’autre du boisement, cela vous laisse sans voix !


Éléphants à la recherche de nourriture - Kruger Parc


Notre cinquième journée en Afrique du Sud, initiée par d’Ineke, fut à nouveau riche d’expériences et de visions inoubliables. Bien que cette journée ait été exceptionnellement venteuse, ce qui rendait l’approche des animaux un peu plus difficile, nous avons pu découvrir le Parc Kruger d’une autre manière grâce à un guide naturaliste très expérimenté !


Lionne - Kruger Parc
Nous pouvons recommander, à tous ceux et toute celles qui veulent découvrir le Parc Kruger hors des sentiers battus, de faire confiance au professionnalisme des guides de « Nandzana Safari », qui est une agence de tourisme écologique spécialisée dans la découverte de cette réserve naturelle. 
Notre guide naturaliste et chauffeur Craig s’est avéré être un connaisseur grandement expérimenté, qui fait visiter le parc depuis plus de 16 ans. 
Grâce à lui nous avons découvert les paysages, la flore et la faune des environs de « Shimuwini », « Boulders » et « Mopani ». 


Girafe - Kruger Parc
Phacochère - Kruger Parc
Oiseau - Kruger Parc
Roan Antelope - Kruger Parc

Nous avons aussi fait une halte pédestre au monument marquant le passage du « Tropique du Capricorne », tout un symbole pour moi même, né sous ce signe du Zodiaque !  
« Monument du Tropique du Capricorne » - Kruger Parc


Géologie du « Park Kruger » :
La journée suivante nous laissa un peu plus de temps pour découvrir plus en détail, et de manière personnelle, la géologie exceptionnelle du Park Kruger.
Le sol et sous-sol du Parc sont principalement constitués de basaltes et de granites, ces formations rocheuses sont parsemées de blocs de « Gabbros ». 
La roche « Gabbro », qui doit son nom à un village de la province italienne de Toscane, est visible en de nombreux lieux dans le Parc National Kruger.


« Gabbros Koppie » - Kruger Parc 
La présence des « Gabbros » est matérialisée par des amoncellements de blocs rocheux, témoins de la formation de ce type de roches plutoniques magmatiques, qui ont jailli de différentes failles dans le manteau de l’écorce terrestre lors de la dislocation du super-continent « Pangée », vers la fin de l’Ère géologique du Trias, il y a environ 200 millions d’années, et qui ont subi, contrairement au basalte, un refroidissement relativement lent.


« Basalte Koppie » - Kruger Parc

Ces élévations de blocs rocheux de différentes tailles, dont le noyau est constitué d’une masse de roches dures, forment des collines, appelés « Koppies » en Afrikaans. Elle émergent dans le paysage du bush, au dessus d’autres formations granitiques magmatiques, dont l’âge est estimé à 1,9 milliard d’années, qui ont elles-mêmes été plus érodées et aplanies au cours des temps géologiques.
Les collines constituées de blocs de « Gabbro » sont souvent associés à une flore particulière : buisson d’épineux, arbres de plus grandes tailles que ceux du paysage du bush environnant et baobabs plusieurs fois centenaires. 


« Adansonia Digitata » ou « Baobab Africain » - Kruger Parc 

Les collines de « Gabbros » forment, notamment à proximité de la route « Phalaborwa – Letaba », longue d’un peu plus de 50 km, en alternance avec des collines composées de blocs de « Cyanite » ou de « Disthène », une des caractéristiques géologiques du Parc National Kruger. 
La complexité de la géologie du Parc National Kruger est d’autre part particulièrement visible dans les lits et le fond des rivières, asséchées en fin de période hivernale, où l’enchevêtrement complexe des roches est extrêmement impressionnant !


Nhlanganini River - Kruger Parc


Notre septième journée en Afrique du Sud fut placée sous le signe de rencontres avec les troupeaux d’éléphants du Parc National Kruger, qui, suite au long hiver sec, la pluie printanière tardant à venir, étaient à la recherche de nourriture et d’eau !

Éléphant / Phalaborwa-Mopani Road - Kruger Parc
Éléphant / Phalaborwa-Letaba Road - Kruger Parc
Groupe d'éléphantes et d'éléphanteaux - Kruger Parc
Lionnes d'Afrique - Kruger Parc


Masorini :
Un peu de calme était nécessaire après la longue et impressionnante journée précédente marquée par les rencontres avec les éléphants. C’est pourquoi nous avions réservé le jour suivant pour la visite de « Masorini » un site archéologique vieux de plusieurs centaines d’années. Sa longue occupation humaine, tout d’abord par des populations migrantes venues à l’origine du Botswana, de Zimbabwe et du Nord-Est de l’Afrique du Sud, qui se sont ensuite sédentarisés, s’échelonne entre les 11e et 19e siècles !


« Colline de Masorini » - Kruger Parc
Artéfact métalliques - Masorini
Poteries anciennes - Masorini

La colline de « Masorini » est un ancien site métallurgique d’un grand intérêt archéologique, situé à une quinzaine de kilomètres à l’Est de Phalaborwa. Il est caractérisé par des bas fourneaux, comportant plusieurs bouches à feux, et des emplacements où le métal brut était retravaillé au marteau à tête de roche sur des enclumes de basaltes. Procédé ingénieux et efficace puisqu’il permettait de fabriquer des outils de petites tailles tout autant que des sortes de houes à large tranchant pour le travail du sol.


Anciens creuset de bas-fourneau - Masorini

L’ancien village de « Masorini », les emplacements de travail du métal et les bas fourneaux, partiellement reconstitués suite aux fouilles archéologiques, se trouvent au pied de blocs rocheux granitiques, constitués d’un congloméra de blocs de « Cyanite » ou de « Disthène ». Dominant le paysage de bush et de savane, le site de « Masorini » offre des vues magnifiques qui, depuis des positions surélevées, permettent l’observation de la flore et de la faune sauvage environnante. 

Bohma » au Silonque Bush Estate :

Pour clôturer ce huitième jour, nous avons passé la soirée dans le « Boma » (kraal), aussi orthographié « Bohma », dans le « Silonque Bush Estate » où nous résidions.
L’équipe du personnel du domaine avait non seulement allumé un grand feu de bois au centre du Boma, mais avait aussi préparé une grillade, qui est désignée en Afrique du Sud sous le nom de « Braai » (prononcé braye).
Ce mot du Langage Afrikaans est aussi utilisé comme verbe, il est courant de dire ce soir on « braai », autrement dit on fait une grillade sur les braises !

Feu de bois dans le Bohma - Silonque Bush Estate

Au menu, pièce de bœuf, côtelettes de mouton, saucisses fermière (« Boerewors » en Afrikaans), salade de pommes de terre, polenta africaine, et sauce « Chakalaka ».
Né dans les banlieues sud-africaines, le « Chakalaka » est un plat simple et épicé composé d'oignons, de tomates, de haricots et d'ail. Il a été un aliment de base pour des générations de Sud-Africains noirs et est un condiment indispensable pour les « braais » sud-africains.
Pour couronner le tout, comme le précisait Ineke, la voute du ciel étoilé d’Afrique du Sud était sur nos têtes et une table élégamment dressée avec soin, par le couple Mal et Lucas , manageurs du domaine, et leur équipe, venait parfaire l’impression de bien-être et le sens de l’accueil. Tout était fait pour que nous nous sentions chez nous au « Silonque Bush Estate » !

Lodge - « Silonque Bush Estate » - Phalaborwa


Le deuxième dimanche de notre séjour, a été majoritairement consacré au repos qui étaient nécessaire après une première semaine qui nous avait laissé de très fortes impressions. 

« House Of Worship International (H.O.W.I) » : 
Empêché par des quintes de toux, qui auraient sans doute importuné le Prédicant et les fidèles,   je regrettais de ne pouvoir accompagner Ineke et notre hôte Christian, copropriétaire et directeur du « Silonque Bush Estate », au Culte dominical en l’Église évangélique pentecôtiste « House Of Worship International (H.O.W.I) ». Cette communauté pentecôtiste, très importante à Phalaborwa, qui est communément appelée « Pinksterkerk » en Afrikaans et « Pentecostal church » en anglais, se caractérisent par le rôle primordial qu’occupe la musique contemporaine et le chant choral pendant le Culte, tout autant que la prédication du Pasteur, qui est lui même généralement très en verve.


Éléphant / Nhlanganini River - Kruger Parc


Onzième jour de notre périple - Lundi 8 Octobre 2018 :
Suite à un appel d’Europcar South Africa, nous devions le lundi de notre seconde semaine contacter l’agence locale d’Europcar située dans le bâtiment du « Hendrik Van Eck Airport » de Phalaborwa, occasion toute trouvée pour visiter les lieux et pour rendre une visite gastronomique au proche « Bushveld Terrace Restaurant ». Entre temps la personne de contact d’Europcar, à Phalaborwa, nous avait informé qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure, le message concernant l’entretien du véhicule semblant avoir été une fausse alerte.


« Hendrik Van Eck Airport » - Phalaborwa
« Hendrik Van Eck Airport » - Phalaborwa

Profitons en pour rappeler que le nom de Phalaborwa trouve son origine dans la langue Sotho, et que cela signifie « Meilleur que le sud » !


Couché de soleil sur le bush - Kruger Parc

La journée fut achevée avec un « Night Safari » dans le Kruger Park, occasion de découvrir à la nuit tombante d’autres espèces animales et la nuit venue d’observer différemment certaines autres, comme par exemple : 
Chat sauvage (Felis silvestris), Lièvres sauteurs d'Afrique du Sud (Pedetes capensis), Lièvre du Cap (Lepus capensis), Chauves-souris (Chiroptera), Chevreuil-bouc d'Afrique du Sud (Palea capreolus), Girafes (Giraffa camelopardalis), Impalas (Aepyceros melampus), Springbok (Antidorcas marsupiales), Crocodile du Nil (Crocodylus nilotiques), et Éléphant de savane d'Afrique (Loxodonta africana), c’est derniers se disputant en soulevant de volumineux nuages de poussière. 


Drakensberg - Panoramas Route :
Pour notre douzième Journée en Afrique du Sud nous avions décidé de nous diriger vers l’Est du « Drakensberg » (appelée « Drakensberge » en Afrikaans et « Maloti » dans la langue Sud -Sotho) et parcourir la « Panoramas Route » à la découverte du « Blyde River Canyon » aussi nommé « Motlatse River Canyon » et les environs des « Waterfalls ».
Ce fut encore une journée inoubliable, pendant laquelle nous avons parcouru près de 390 km, où nous avons accumulé des images de paysages et de phénomènes géologiques plus impressionnants et étonnants les uns que les autres.
La route des panoramas est l'une des routes touristiques les plus pittoresques d’Afrique du Sud


Blyderivierspoort - Drakensberg 

Elle permet d’explorer les hauts plateaux situés aux limites des provinces du Mpumalanga et du Limpopo, la partie Nord-Est du Grand escarpement de la Drakensberg et la « Blyderivierspoort », ou plus simplement 
« Blyderivier », telle qu’elle est désignée en afrikaans, ce qui signifie le « Rivière de la joie », en référence à un évènement historique du temps des premiers afrikaners venus s’installer dans la région.
Le gouvernement de la Province du Limpopo a toutefois récemment proposé de renommer la rivière d’après son nom original, avant l’arrivée des pionniers « boers », et de designer désormais celle-ci sous le nom de « Motlatse River ».


Canyon de la Blyderivier - Drakensberg 

Dans la région du Grand escarpement de la Drakensberg les montagnes escarpées et érodées par l’action millénaire du vent et de l’eau, s’achèvent brusquement sur les bordures des hauts plateaux dominants le lit de la rivière « Blyde », ou « Motlatse », s’ouvrant brusquement sur un canyon aux contours aussi spectaculaires que le sont les impressionnantes variétés de roches qui en composent les pentes et inclinaisons !
Le point le plus élevé du canyon, appelé « Mariepskop », culmine à 1.944 mètres, tandis que le point le plus bas de la profonde vallée avoisine les 560 mètres d’altitude.


« Drie Rondavels » - Drakensberg

Un des sites emblématiques et des plus spectaculaire est celui des « Drie Rondavels », qui est constitué par trois énormes rochers ronds semblant avoir été taillés dans les roches qui dominent le versant Sud-Ouest du « Blyde River Canyon ». Leurs sommets pointus et herbeux, qui ressemblant à des huttes africaines aux proportions gigantesques, leurs ont valu leur nom, les huttes étant appelées « rondavel » en afrikaans. Le site de « Three Rondavels View Point », assure non seulement une vue extraordinaire sur les rochers mais aussi sur le lac de retenue de la « Blydepoort Dam ».


« Wonderview » - Drakensberg
« Bourke’s Luck Potholes » - Blyderivier

Potholes - Motlatse river

Les autres paysages de la « Panoramas Route » sont tout autant prodigieux, tel les sites de « Lowveld Viewsite » et « Wonderview », ou celui de « Bourke’s Luck Potholes », les « Potholes » étant d’incroyables excavassions géologiques crées par le travail millénaire des eaux au confluent de la « Blyderivier » et de la « Treurrievier ».


« God’s Window » Drakensberg

L'ahurissant point de vue de « God’s Window », le « Pinacle Rock » et les chutes sur la rivière Lisbon, les « Lisbon Falls », furent aussi au menu de cette journée extraordinaire. 
« Lisbon Falls » - Drakensberg

La pose de midi au « Kadisi Restaurant, Forever Resort », situé dans la vallée de la Kasidi un petit affluent de la Blyde River, nous a donné l’occasion de faire plus ample connaissance avec les Babouins, qui sont des singes de relatives grandes tailles, joueurs et chapardeurs, vivant en groupe, où les mâles dominants organisent les rapines, et dont les touristes imprudents sont souvent les victimes !!! 


« Drakensberg » - Limpopo - South Africa


Kruger Parc – Sabeldam :
Se lever calmement après la longue journée précédente s’imposait, mais cela ne nous a pas empêché de rendre à nouveau une visite au Site de « Letaba », dans le « Kruger Parc », et de parcourir quelques chemins de terre hors des routes principales, traversant des lits de rivières asséchées et cherchant quelque rencontre avec les animaux du Parc Naturel.


Waterbuffels - Groot Letaba River - Kruger Parc

La balade en 4x4 valu encore une fois le détour, car, parmi les nombreux éléphants rencontrés sur notre chemin de retour vers Phalaborwa, nous avons eu la chance et le plaisir, au détour d’une courbe de la Piste S51, au Sud du site de « Masorini » et à proximité du « Sabeldam », de voir tout d’abord passer à quelques mètres devant notre 4x4 une éléphante et son éléphanteau, avant d’être entourés quelques minutes plus tard par une troupe d’une trentaine de femelles et de jeunes éléphants que nous avons pu observer en toute quiétude.


Groupe d'éléphants - Sabeldam - Kruger Parc

Ce fut une rencontre très personnelle d’une trentaine de minutes avec les éléphantes et les éléphanteaux, pendant laquelle je du faire preuve de patience et de confiance envers les animaux, et qui reste encore gravée dans nos mémoires. 

Lorsque l'on sait être à l'écoute des vibrations émises par les éléphants lorsqu’ils se déplacent ont découvre très vite ce qui retient leur attention et vers quel prochain point ils se dirigent. Cela impose le respect pour ces grands pachydermes et exige suffisamment d’ouverture d’esprit pour écouter la nature. Mais cela permet aussi d’entrer en contact avec l’esprit des éléphants, dont la mémoire se perd dans la nuit des temps, bien avant que l’homme n’ait fait son apparition dans la savane africaine.


Jeune éléphant - Piste S51 - Kruger Parc


Les amis se retrouvent toujours, même à l’autre bout de la Terre :
De retour dans notre Lodge nous avions le plaisir de retrouver Léon, notre ami et voisin de La Haye, qui est aussi un ami de Christian, le copropriétaire et directeur du « Silonque Bush Estate », le domaine où nous résidions. 
Ces retrouvailles à quelques 9.000 kilomètres de notre résidence hollandaise n’étaient pas tout à fait anodines, car nous attendions l’arrivée de Léon, qui séjourne régulièrement à Phalaborwa ! Grace à Léon, nous avons pu découvrir les territoires des domaines de l’ancienne ferme de Silonque d’une autre manière, et aussi certains lieux emblématiques et restaurants typiques de Phalaborwa.


Termitière - Silonque Bush Estate - Phalaborwa

Ce même jour nous avons du changer de voiture car il s’est avéré que, contrairement à ce que pensait la personne de contact d’Europcar à Phalaborwa, ses collègues d’Europcar South Africa désiraient impérativement rapatrier notre premier véhicule vers leur agence de Pretoria.
Nous devions donc continuer notre périple avec une autre Hyundai Tucson 4x4, quasi identique à la première, ce qui, malgré ce petit contretemps, ne changeait par les choses pour nous.


« Kruger Parc - Olifantsrivier » :
Pour une de nos dernières journées à Phalaborwa nous avions décidé de découvrir les environs du « Olifants Rest Camp » dans le « Kruger Park ». 
Plus vite dit que fait, comme souvent lorsque nous sommes en voyage, puisque le « Olifants Camp » est situé à près de 96 kilomètres de « Silonque Bush Estate ». 


Olifantsrivier - Kruger Park
Olifants River Valley - Kruger Park
Éléphants - Olifants River - Kruger Park
Éléphants - Olifants River - Kruger Park
Olifants Rest Camp - Kruger Park

La journée fut très ensoleillée et chaude, mais riche en découvertes le long de la « Olifantsrivier », bien nommée puisque nous avons pu observer, depuis une colline dominant la rivière, des troupeaux d’éléphants prenant un bain !!!


Derniers moments privilégiés à Phalaborwa :
Pour notre dernière après-midi au « Silonque Bush Estate », qui était aussi notre quatorzième journée en Afrique du Sud, nous avons fait une énième escapade dans le « Kruger Parc ». Il faisait très chaud, même pour les Impalas qui recherchaient de l’ombre.

Impalas - Letaba Rest Camp - Kruger Park

La soirée fut clôturée par un « Braai » que nous avions organisé sur la terrasse de notre Lodge, avec la complicité et le soutien logistique de quelques amis néerlandais, dont Léon et Christian, ainsi qu’avec l’aide du personnel sud-africain du domaine. Ce fut une grillade épique, car le vent était aussi de la partie et attisait les braises malgré nous, sans parler d’invités arrivés à la dernière minute, mais c’est aussi cela le charme de l’imprévu des voyages.


Séjour inoubliable au « Silonque Bush Estate » :
Cette soirée « Braai » fut une belle conclusion d’un séjour inoubliable à « Phalaborwa ».


Silonque Bush Estate - Phalaborwa
Silonque Bush Estate - Phalaborwa
Bohma - Silonque Bush Estate - Phalaborwa

Ces presque deux semaines ont été rendues extrêmement agréables grâce à Christian, copropriétaire et directeur du « Silonque Bush Estate », le couple Mal et Lucas, managers du domaine, Tsakani, du Front Office, Johnson, jardinier expérimenté et homme de confiance de grande qualité, enfin grâce au personnel du domaine, Pretty, Rose, et quelques autres, qui ont contribué à nous laisser un souvenir inoubliable de Phalaborwa, de Silonque et de cette région de la Province du Limpopo 

Pour nos quinzièmes et seizièmes journées en Afrique du Sud nous reprenions la route, pour nous diriger vers le Sud et rejoindre le littoral de l’Océan Indien.


Trajet de « Phalaborwa », Province du Limpopo, à « Waterval Boven – eMgwenya », dans la Province de Mpumalanga (Transfer de 330 km) :
Le temps chaud des derniers jours avait fait place à une petite pluie au départ du « Silonque Bush Estate ». Elle était vraiment bienvenue après le long hiver très sec.


Dagama Lake - Mbombela
Bougainvillea - Dagama Lake - Mbombela
Jacaranda Mimosifolia - Dagama Lake - Mbombela

Le brouillard rencontré dans les passages des cols à l’Est du Drakensberg, dans la région de Hazyview ne nous a pas empêché de profiter des beautés du paysage. Le temps s’était un peu éclairci dans les environs de la ville de Nelspruit - Mbombela, ce qui nous permis de trouver notre route pour rejoindre la Nelspruit Northern Bypass et l’autoroute N4. 
Mais le même soir, lors de notre étape à « Waterval Boven - eMgwenya », la pluie était de retour et les trombes d’eau d’un violent orage martelèrent les vitres du « Acra-Retreat Mountain View Lodge » où nous logions pour la nuit.


Elands River Valley - Waterval Boven - eMgwenya
Acra-Retreat Mountain View Lodge - Waterval Boven


Trajet de « Waterval Boven – eMgwenya », Province de Mpumalanga, à « Sint Lucia », dans la Province de KwaZulu-Natal (Transfer de 550 km) :
La deuxième journée de transit, au volant de notre 4x4 de location, nous fit franchir une relative longue distance entre « eMgwenya - Waterval Boven », au Sud de la Chaîne de montagnes du Drakensberg, Province de Mpumalanga, et « Sint Lucia », proche de « Cap Vidal », sur la côte de l’Océan Indien, dans la Province de KwaZulu-Natal



Acra-Retreat Mountain View Lodge

Ce fut une journée riche de nouvelles découvertes de paysages très contrastés et emplie de moments d’excitation dans la traversée de certains villages découverts par hasard. Mais on peut se demander si le hasard existe réellement lorsque qu’on voyage sous l’œil bien veillant de l’ange gardien des globetrotteurs. 


Swartkoppies - Emakhazeni

Certaines parties de la route furent plutôt monotones, sur des longues portions relativement droites de la R36, entre « eNtokozweni » et « Ermelo ». Routes qui sont malheureusement endommagées par les passages de nombreux camions chargés de houille, dans la région des « Coalfields », caractérisée par ses mines de charbon à ciel ouvert et des grandes centrales électriques thermiques.
Après avoir emprunté une courte portion de la N17 pour rejoindre « Ermelo », nous pouvions enfin rattraper la Route Nationale N2 qui allait être notre fil conducteur pendant nos pérégrinations sur une grande partie de notre voyage entre les provinces du Mpumalanga, du KwaZulu-Natal, du Eastern Cape et celle du Western Cape.


Pongola - KwaZulu-Natal Province
P522 - Jozini / Mkuze - Kwazulu-Natal

En direction du Sud la N2 longe en partie la frontière avec le Swaziland, ce qui nous a incité a faire un détour à hauteur de la « Pongolapoort Nature Reserve » et du « Pongola lake », en empruntant la route P522 en direction de la bourgade de Jozini, proche de la frontière avec le Swaziland. Les panoramas sur le lac et ses environs nous ont particulièrement impressionnés. 


Zwartkloof - KwaZulu-Natal Province
Ce voyage nous entraina aussi, sans l’avoir réellement planifié, à la rencontre, par monument interposé, du passé des pionniers hollandais et huguenots d’Afrique du Sud, lors de la traversée de la ville de « Piet Retief - eMkhondo », où leur mémoire est gravée dans la pierre.


Gereformeerde Kerk / Piet Retief - eMkhondo
Piet Retief Monument / Piet Retief - eMkhondo 
Gereformeerde Kerk / Piet Retief - eMkhondo


Nous sommes arrivés au « St Lucia Hilltop Guest House » dans la petite ville côtière de « Sint Lucia », par une fin d’après-midi humide le dimanche 17 octobre, et dès le premier abord l’environnement extraordinairement verdoyant nous a fait oublier la fatigue de la route !


Sint Lucia Hilltop - Kingfischer Street - Sint Lucia

La découverte de la végétation tropicale entourant la maison d’hôtes, située sur le sommet d’une ancienne dune, qui s’est avérée être une vraie perle de l’architecture contemporaine, était à couper le souffle.
Là encore, nous avons été accueilli de manière fantastique par la copropriétaire des lieux, Chantelle, qui s’est non seulement avérée être une charmante hôtesse, mais qui a en plus véritablement fait de son mieux pour nous êtres agréable, afin que nous nous sentions comme chez nous dès les premiers instants de notre séjour au « St Lucia Hilltop Guest House ».


St Lucia Hilltop Guest House - Sint Lucia

La qualité du diner au restaurant « John Dory's St Lucia » vint complété la découverte de cette petite perle de l’Océan Indien, de la province de KwaZulu-Natal, et de l’Afrique du Sud, qu’est Sint Lucia Estuary ! 


iSimangaliso - Sint Lucia - KwaZulu-Natal


Sint Lucia :
Début matinal pour la seconde journée à « Sint Lucia » ; J’aime me lever tôt, Ineke se reposait encore. Le soleil venait de se lever au dessus de la végétation luxuriante qui entoure la maison d’hôtes « Hilltop Guest House » où nous résidions. Les vagues de l’Océan Indien, qui déferlaient sur la plage toute proche, et dont nous étions séparés par quelques basses dunes, faisaient un agréable bruit de fond au concert des oiseaux qui profitaient de la fraîcheur matinale. 


Sint Lucia Estuary - - Sint Lucia - KwaZulu-Natal

Hyppopotames - Sint Lucia Estuary - KwaZulu-Natal 

Après un peu plus d’une quinzaine de jours de voyage en Afrique du Sud, nous pouvions déjà affirmer que le pays est incontestablement riche d’une variété extrême de paysages et de milieux naturels, sans parler de la gastronomie et de la gentillesse des Sud-Africains qui n’avaient pas fini de nous étonner !



Baleine (lointaines) - Océan Indien - Richardsbaai 

Le jour suivant nous nous sommes aussi levés très tôt pour rejoindre « Richards Bay » où nous attendait un bateau pour partir en mer observer les baleines à bosse et leurs baleineaux, qui se trouvent en cette période de l’année sur les côtes de l’Océan Indien de l’Afrique du Sud. Mais nous n’avons pu malheureusement que les voir de loin, tellement l’océan était houleux.
Ineke qui se tenait à l’avant du bateau et n’osait pas lâcher le bastingage, de peur de rejoindre les baleines dans les embruns, à pris une sérieuse douche de vagues et d’écume de mer. Heureusement la salle d’eau confortable de notre chambre au « Hilltop Guest House » lui apportât le réconfort et la chaleur réparatrice au retour de l’excursion maritime. 


Plage et Océan Indien - Sint Lucia - KwaZulu-Natal
Côte de l'Océan Indien - Sint Lucia - KwaZulu-Natal


La ville de Sint Lucia en Afrique du Sud, dont le nom officiel est « Sint Lucia Park Local Municipality », est une petite ville résidentielle, caractérisée par des belles propriétés et maisons entourées de jardins à la végétation luxuriante. Située sur une presqu’île, reliée par un seul pont à la terre ferme, elle s’étire en longueur d’Est en Ouest entre les zones humides de l’estuaire du Lake St Lucia et la côte de l’Océan Indien


iSimangaliso - Sint Lucia - KwaZulu-Natal

La municipalité locale de Sint Lucia est caractérisée par un environnement de terres humides ou marécageuses, appelées « Wetlands », plus particulièrement visible dans la proche zone protégée de iSimangaliso, dans laquelle évoluent des populations animales très variées et qui héberge la plus importante population d’hippopotames d’Afrique du Sud.


Wetlands - iSimangaliso - Sint Lucia

La première impression idyllique des « Wetlands » et du « Sint Lucia Estuary » est toutefois un peu tempérée (si l’on peut dire) par les effets négatifs du « global warming » (réchauffement climatique) qui entraînent un important déficit en pluie pendant la saison humide, ce qui a déjà eu des conséquences négatives sur l’équilibre entre la Zone marine de l’estuaire et celle de la Zone d’eau douce en amont. Ceci n’empêche toutefois pas les hippopotames et les crocodiles d’avoir trouvé ici terres et eaux pour s’épanouir, de même que de nombreuses sortes d’oiseaux des marais. Mais la découverte de la faune ne se limita pas aux espèces emblématiques, tel les hippopotames et les crocodiles, car les paysages très variés du « iSimangaliso Wetland Park », offrent un excellent biotope à de multiples autres espèces animales.


Hippopotame - Sint Lucia Estuary
Singe Vervet bleu - iSimangaliso
Singes Vervet - iSimangaliso - Sint Lucia
iSimangaliso - Sint Lucia - KwaZulu-Natal

La faune fréquemment observée comprend des Éléphants de savane, des Hyènes tachetées ou brunes, des Chiens sauvages, des Girafes, des Phacochères, des Buffles, des Zèbres, des Gnous et plusieurs espèces d’antilopes, comme les Grands Kudu, le parc accueille aussi des familles de Singes Vervet, et des centaines d'espèces d'oiseaux indigènes, comme les Tisserins jaunes et les Aigles pêcheurs.


Tisserin jaune construisant son nid - Sint Lucia
Crocodile du Nil - Sint Lucia Estuary
Aigle pêcheur - Sint Lucia Estuary


Pour notre dix-neuvième Journée en Afrique du Sud, nous quittions à regret « Sint Lucia » et la « Hilltop Guest House », où nous espérons pouvoir revenir lors d’un prochain voyage, pour de nouveau reprendre la Route Nationale N2 en direction de l’Ouest.


Voyage et trajet entre « Sint Lucia » et « Sea Park - Port Shepstone », l’une et l’autre ville situées dans la Province de KwaZulu-Natal (Transfer de 360 km) :
Le voyage le long de la côte de la Province de KwaZulu-Natal » et de l’Océan Indien fut à nouveau un dépaysement. 
Notre route en direction de Durban nous a fait passer près de KwaMsane, Kwambonambi, Port Dunfort et « King Shaka International Airport ».
Nous avons longé l’agglomération de Durban sans toutefois nous y arrêter, puisque notre destination finale était située à une soixantaine de km plus au Sud.
Après avoir longé les importants villages de Amanzimtoti, Kingsborough, Kingsburgh, Umgababa, Umkomas, Ezembeni, Scottburgh, Pennington, Sezela, Mtwalume et Mfazazana, nous avons quitté la N2 à hauteur de Isihlonyane, pour suivre sur une vingtaine de km la R102, passant par Catalina, Hibberdene, Umzumbe, Pumula, Melville, Sunwich Port et Anerley pour enfin arriver à Sea Park qui était le but de cette journée de voyage.


Sunwich Port - KwaZulu-Natal

Suite à notre arrivée et notre installation dans notre chambre située au 1er étage du « Lombok Lodge » à Sea Park - Port Shepstone nous avons eu le plaisir d’observer pendant près d’une heure le ballet des baleines à bosse et de leurs baleineaux qui ne se lassaient pas de faire des bons dans la zone côtière face à nôtre balcon.

Lombok Lodge - Sea Park - Port Shepstone
Océan Indien - Sea Park - Port Shepstone

Pour clôturer la journée nous avons dîné de manière royale dans les environs de notre Bed and Breakfast !


Océan Indien - Lombok Lodge - Sea Park

Vingtième journée en Afrique du Sud, il était un peu plus de cinq heure trente du matin et le soleil venait de se lever sur l’Océan Indien, offrant des vues impressionnantes depuis le premier étage du « Lombok Lodge » sur les immenses vagues déferlant sur le rivage !


Relativement long trajet entre « Sea Park - Port Shepstone », Province de KwaZulu Natal, et « East London », dans la Province du Cap Oriental (Eastern Cape) (Transfer de 560 km) :
Cette journée a confirmé l’adage que le but du voyage n’est pas le seul intérêt du voyageur, mais que le voyage en lui même est tout autant important !


Route nationale N2 - KwaZulu-Natal Province

Notre périple d’un peu plus de sept heures et demi, avec seulement deux courts arrêts, nous a fait traverser le Sud-ouest de la Province de KwaZulu-Natal et le Sud-est de la Province du Cap Oriental (Eastern-Cap). 
Dépaysement à nouveau assuré et découverte d’une Afrique du Sud sans stéréotypes, avec des paysages impressionnants, mais aussi la découvertes de villes, villages et Townships que l’on ne voit pas sur les cartes postales et ne découvrent pas dans les récits de voyage standardisés. 


Groter Kokstad - KwaZulu-Natal Province
Groter Kokstad - KwaZulu-Natal Province
Groter Kokstad - KwaZulu-Natal Province
Mount Ayliff - Eastern-Cap 
Mount Ayliff - Eastern-Cap 
Mount Ayliff - Eastern-Cap
Voveni - Eastern-Cap
Mzimvubu River - Ntabankulu - Eastern-Cap

Ce fut une belle transition, entre la vue magnifique du « Lombok Lodge », à Sea Park - Port Shepstone, et le calme du jardin du « Fish Eagle Manor », situé dans au bord de la « Nahoon River », proche de la ville de East London.


Rwantsane - Great Kei Valley - Eastern-Cap
KwaDlephu - Great Kei Valley - Eastern-Cap
Fish Eagle Manor - East London
Fish Eagle Manor - East London


Trajet entre « Fish Eagle Manor » - East London, Province du Cap Oriental (Eastern Cape), et « Chrisline African Lodge » près du village de Addo, pour notre 21e Journée en Afrique du Sud (Transfer de 325 km) :
Nous avons quitté momentanément la côte de l’Océan Indien pour rejoindre l’intérieur de la Province du Eastern Cape et les environs du « Addo Elephant National Park », que nous avons en partie traversé cette après-midi là pour rejoindre notre prochaine étape au « Chrisline African Lodge », situé près du village de Addo et les images des paysages parlèrent d’elles mêmes par leur saisissement. 


Beach Front - Kaysers Beach - Eastern-Cap
Oos-Kleinemondrivier - Seafield - Eastern-Cap
Kirkwood - Sondagsriviervallei - Eastern-Cap
Addo Elephant National Park Eastern-Cap
Chrisline African Lodge - Addo - Eastern-Cap


« Addo Elephant National Park » :
Notre vingt-deuxième Journée en Afrique du Sud fut consacrée (le samedi 20 octobre 2018) à une visite étendue du « Addo Elephant National Park », qui héberge dans un espace préservé de 38.000 hectares une multitude d’animaux.
La flore est très variée et la faune ne se limite pas à l’impressionnant groupe de 600 éléphants d’Afrique répertoriés dans les limites du parc naturel que nous avons pu approcher de très près malgré la végétation verdoyante.


Zèbre de montagne du Cap - Addo Elephant National Park
Grand Kudu - Addo Elephant National Park
Autruches - Addo Elephant National Park
Tortue à soc - Addo Elephant National Park
Phacochère - Addo Elephant National Park
Bubales roux - Addo Elephant National Park
Éléphant d'Afrique - Addo Elephant National Park
Sundays River Valley - Addo Elephant National Park
Soil erosion - Addo Elephant National Park

Au détour des pistes du « Addo Elephant National Park » nous avons rencontré des Zèbres, des Grands koudous (Tragelaphus strepciceros), des Springboks (Antidorcas marsupialis), des Élans du Cap (Taurotragus oryx), une Mangouste fauve (Cynictis penicillata), une Tortue léopard (Stigmochelys pardalis), des Chacals (Canis mesomelas), des Phacochères (Phacochoerus - populaires grâce au personnage de « Pumbaa » du dessin animé « The Lion King »), des Autruches (Struthio), une multitude d’oiseaux et bien sûr des éléphants (Loxodonta africana), en plus nous avons pu découvrir des paysages surprenants et des perspectives qui nous ont laissé sans voix.


Groupe d'éléphants - Addo Elephant National Park

Une comparaison entre le paysage asséché du Bush dans le Parc Naturel Naturel Kruger, à l’Est de l’Afrique du Sud, conséquence du manque d’eau suite à un hiver austral particulièrement sec, et le paysage verdoyant, du Sud-Ouest de l’Afrique du Sud, dans les environs du « Addo Elephant National Park », nous ont permis de constater combien, grâce aux pluies des dernières semaines, venues de l’Océan Indien relativement proche, le couvert forestier avait retrouvé localement son feuillage, ce qui n’empêchait pas d’éluder les risques d’incendies qui restaient une menace permanente dans les environs de « Port Elizabeth » et de « Saint Francis Bay ». C’était en même temps très triste de constater combien la nature et les animaux souffraient du manque de pluie, donc d’eau et de nourriture dans certaines régions d’Afrique du Sud. C’est à se demander quand les dirigeants et les lobbyistes de l’industrie prendront conscience combien notre planète est fragile et combien la vie sur Terre est menacée par le réchauffement climatique, espérons que les groupes industriels trouveront les moyens de s’adapter avant que les conséquences ne deviennent trop dramatiques pour la survie des espèces et de l’humanité !


Trajet entre « Chrisline African Lodge », près du village de Addo, Province du Cap Oriental (Eastern Cape), et « Alkantmooi Private Nature Reserve », située près de la ville de Plettenberg  (Transfer de 285 km) :
Après les moments d’émerveillements face à la beauté des paysages et les étonnements sans cesse renouvelés lors des rencontres avec les animaux sauvages nous pensions, jusqu’à cette après-midi, que ce voyage en Afrique Australe ne pouvait pas nous apporter de plus grand moment d’émotion. Cependant, notre voyage vers Plettenbergbaai, avec un arrêt pour observer le Storms River Bridge et le Storms River Canyon, couronné par une arrivée à vous couper le souffle à « Alkantmooi Private Nature Reserve - Keurkloof », dominant l’estuaire de la Keurbooms River, nous a prouvé le contraire ! 



Kou-Kamma - Storms River Valley - Tsitsikamma
Storms River Bridge - Tsitsikamma
Storms River Canyon - Tsitsikamma
Nederlandse Gereformeerde Kerk - Tsitsikamma
De Oude Pastorie - Stormsrivier Village - Tsitsikamma
Keurkloof - Keurbooms River - Plettenberg Bay
Alkantmooi - Keurkloof Plettenberg Bay
Alkantmooi - Keurkloof Plettenberg Bay
Alkantmooi - Keurkloof Plettenberg Bay

Nous constations que ce voyage en Afrique du Sud était décidément plus qu’une aventure, il était un immense enrichissement émotionnel !!!


Nous devions achever cette journée mémorable du dimanche 21 octobre 2018 par une visite à la petite ville côtière de Keurboomstrand, qui s’étire à flancs de collines entre l’Océan Indien et la chaine de moyennes montagnes côtières de la région de Bitou et du « Nationaal park Tuinroete », proche de Plettenberg, aujourd’hui dénommée « Bitou Plaaslike Munisipaliteit ». 



Côte de l'Océan Indien - Keurboomstrand
Côte de l'Océan Indien - Keurboomstrand

Ceci n’avait d’égal que la beauté du paysage de ténébreux rochers millénaires, modelées par le travail inlassable des marées de l’Océan Indien, qui semblaient avoir été serties dans un écrin de sable argenté. Le menu du « Ristorante Enrico », la gentillesse du service et la qualité de la cuisine, furent à la hauteur de la découverte de cette petite merveille qu’est Keurboomstrand !


Fruits de mers - Ristorante Enrico - Keurboomstrand

Incités par quelques recommandations nous avions décidé de diner au « Ristorante Enrico », renommé pour sa gastronomie. En arrivant au restaurant situé en bordure du rivage, quelle ne fut pas notre surprise de pouvoir assister, avant le diner, aux sauts des baleines à bosse qui évoluaient à courtes distances de la grève.


Plettenberg Bay et Tsitsikamma National Park :
Lors de notre vingt-quatrième Journée en Afrique du Sud, nous avions programmé une visite au « Tsitsikamma National Park »,  qui est une des composante du « Nationaal park Tuinroete » et est situé à une soixantaine de km à l’Est de Plettenberg Bay.


Tsitsikamma National Park
Tsitsikamma National Park
Storms River Mounth - Tsitsikamma National Park
Storms River Suspension Bridge - Tsitsikamma National Park 
Storms River Suspension Bridge - Tsitsikamma National Park


Storms River Suspension Bridge - Tsitsikamma National Park
Storms River Suspension Bridge
Storms River Canyon - Tsitsikamma National Park

Storms River Mounth - Tsitsikamma National Park
Tsitsikamma National Park
Tsitsikamma National Park
Océan Indien - Tsitsikamma National Park

Cette visite d’un parc naturel en majorité maritime, bien qu’il soit en partie établi de part et d’autre des gorges de la Storms River, incluait une randonnée pédestre vers le « Storms River Suspension Bridge ». Randonnée assez exigeante pour la condition physique de part les nombreux dénivelés à flancs de montagne, même si la plupart des accès son facilités par des emmarchements. 
Là, encore, l’effet « WOW » était au rendez-vous !



Pour finir cette journée nous avions fait quelques emplettes gastronomiques et nous nous sommes régalés, au retour dans la « Self-catering Unit » que nous occupions, d’un magnifique plateau de Sushis, fraichement préparé par le Sushi master du « Checkers Plettenberg Mall », complété par un excellent vin du domaine « Boekenhoutskloof Porcupine Ridge ». 


Plettenberg Bay et Keurkloof :
Assis sur la terrasse privative de notre suite, avec vue imprenable sur la Keurkloof et la Keurbooms River, ou « Keurboomsrivier », comme elle est appelée en Afrikaans, langue majoritairement en usage dans les environs de Plettenbergbaai, nous remarquions qu’il allait être difficile de devoir nous séparer de « Alkantmooi Private Nature Reserve - Keurkloof », tellement nous nous sentions bien dans la « Keurkloof Unit 5 » qui portait bien son nom de « Romantic Retreat ». Heureusement il nous restait encore une journée et deux nuits de séjour à Plettenberg Bay !


Alkantmooi Private Nature Reserve - Keurkloof 

La journée suivante fut en partie consacrée à la visite de la « Robberg Nature Reserve », qui est un parc national située 8km Sud-ouest de Plettenberg Bay. Malgré le temps relativement chaud en cette saison, la randonnée pédestre sur le « Robberg Hiking Trail », avec escalade dans les sentiers sur les flancs de la presqu’ile rocheuse, fut spectaculaire. Les escarpements offrent des vues imprenables sur la côte de l’Océan Indien et la Baie de Plettenberg
Notre balade confirma, si besoin était, pourquoi cette baie fut nommée « Bahia Formosa », la baie magnifique, par les premiers explorateurs portugais. 

Plettenbergbaai - West Kaap Provincie
Robberg Nature Reserve - Plettenberg Bay
Robberg Nature Reserve - Plettenberg Bay
Robberg Nature Reserve - Plettenberg Bay
Robberg Nature Reserve et Indian Ocean
Robberg Nature Reserve - Suidoosbank


Le Mercredi 24 octobre 2018, nous avons quitté l’enchanteresse Plettenberg Bay, pour reprendre notre parcours sur la Route Nationale N2 et traverser une partie de la Province du West Kaap, afin de rejoindre la petite ville côtière de Kleinmond, située entre Betty’s Bay et Hermanus sur la côte Sud, à environ 100Km de Kaapstad , où nous attendais notre prochaine réservation.  

Ce fut un nouveau transfert de 460 km, avec tout d’abord un passage dans la région de Knysna, où le parcours sur la N2 nous offrit des vues incroyables sur l’estuaire de la Knysna River et le Groenvlei Lake. Après Mossel Bay les paysages sont très différents de ceux de la bande côtière que nous avions parcourue les jours précédents.


Knysna - Western Cap Province
Victoriabaai - West Kaap Provincie

Un peu avant Riversdale, nous avons fait une halte au « Die Rooi Aalwyn Padstal en Koffiepot » en bordure de N2, pour nous, voyageurs venus de Hollande, c'était comme un voyage dans le temps, quel formidable endroit, et quels excellents « Roostedbroodsies » avons nous dégusté! 


Die Rooi Aalwyn Padstal - Riversdale
Die Rooi Aalwyn Padstal en Koffiepot - N2
Die Rooi Aalwyn Padstal - West Kaap Provincie

Le changement de paysage, déjà constaté après avoir quitté la zone côtière s’est accentué entre Riversdale et Swellendam. Bien que les montagnes soient omniprésentes en arrière plan, la découverte de terres agricoles couvertes de blés à perte de vue fut très impressionnante. 


Riversdale - Western Cap Province
Swellendam - West Kaap Provincie

Les ondulations, caractérisées par des ruptures de relief parfois très prononcées, de ces terres céréalières de la Province du Cap (West-Kaap) m’a fait penser aux tableaux « Champ de blé aux corbeaux », de Vincent van Gogh, qui aurait été certainement moins déprimé ici qu’il ne l’a été à Auvers-sur-Oise, surtout qu’ici nous n’avons rencontré que des autruches en guise de corbeaux !


Riversdale - Western Cap Province

Après avoir passé les bourg et ville de Riviersonderend et Caledon, nous avons quitté la Route Nationale N2 à hauteur de « Bot River » pour nous diriger vers le Sud et rejoindre Kleinmond, par les R43 et R44. Nous pénétrions dans un autre paysage, plus boisé, et dans un autre domaine de l’agriculture Sud-Africaine, celui de la viticulture. Dès le passage de la Botrivier nous découvrions de part et d’autre de notre route des domaines viticoles au nom évocateurs : « Arcangeli Wines », « Wildekrans Wine Estate », « Paardenkloof Estate Wines », et « Barton Vineyards ».


VillaChad Guest House - Kleinmond - West Kaap Provincie
VillaChad Guest House - Kleinmond Coast and Mountain
VillaChad Guest House - Kleinmond 


Notre arrivée à Kleinmond nous a donné à nouveau la confirmation que nous avions fait le bon choix pour notre lieu de résidence pour les prochains jours, à « Villachad Guest House ».


Kleinmond Beach - Kleinmond


Kleinmond et « VillaChad Guest House » :
« VillaChad Guest House » est une oasis entre océan et montagne. C’est une petite merveille de bon gout architectural, qui s’inscrit parfaitement dans l’arrière du décor, formé par les pentes abruptes et les rochers du massif de « Kleinmond Mountain », qui est la partie le plus au Sud des « Hottentots - Holland Mountains » et de la « Kogelberg Nature Reserve ». 
Les nouveaux propriétaires de « VillaChad Guest House », Louise et Ernest, se sont avérés êtres extrêmement gentils et attentionnés, leur sens du service est vraiment unique et nous avons reçu un accueil extrêmement chaleureux.


Hall - VillaChad Guest House - Kleinmond
Chambre - VillaChad Guest House - Kleinmond
Corridor - VillaChad Guest House - Kleinmond
Chambre - VillaChad Guest House - Kleinmond


Betty's Bay :
Pour notre vingt-septième journée en Afrique du Sud nous avions décidé de visiter la « Stony Point Nature Reserve » et la « Stony Point Penguin Colony », situées sur une cap rocheux en bordure maritime de la petite ville de Betty's Bay. C’est l’un des derniers lieux où naissent, dans leur environnement naturel, les « Black footed African Penguins ». Cette espèce de Manchots du Cap est malheureusement toujours menacée, mais elle trouve ici un environnement protégé, propice à son relatif développement.


Hottentots-Holland Mountain Catchment Area Western Cap
Betty's Bay Beach - Western Cap
Stony Point Nature Reserve - Betty's Bay
Stony Point Nature Reserve - Betty's Bay
Stony Point Nature Reserve - Betty's Bay
Stony Point Nature Reserve - Betty's Bay


Clarence Drive :
Nous avons poursuivi nos découvertes en parcourant la scénique Route côtière R44, plus connue sous le nom de « Clarence Drive », entre le bourg de Betty’s Bay et la ville de Gordon’s Bay. La « Clarence Drive » longe la Côte de l’Océan Atlantique le long des villages de Pringlebaai et Rooi-Els, avant d’offrir des vues magnifiques sur la False Bay et la « Whale Coast ». Nous n’avons pas vu de baleines mais nous avons pu observé des requins qui sont aussi relativement nombreux sur cette portion de la côte Sud de l’Afrique du Sud.

Pringlebaai - Western Cap

Nous avons eu la chance d’avoir une météo sans nuage pendant notre parcours sur la R44, ce qui nous a permis de profiter de vues étonnantes sur la Cape Peninsula, aussi appelée Kaapse Skiereiland en Afrikans, ou Péninsule du Cap en Français. Située sur le rivage opposé de False Bay ou Valsbaai, la Cape Peninsula n’est éloignée que d’une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau de la pointe de Pringle Bay.

Au retour vers « Kleinmond », nous nous sommes arrêtés au « Drummond Arms Restaurant and Pub », qui se trouve à l’entrée du pittoresque village de Rooi-Els, où nous avons été agréablement surpris par les spécialités culinaires maison : « Eishbein » (Jarret de porc rôti accompagné de choucroute) et « Hake and chips » (Merlu frit et pommes-frites).

Pringlebaai - Western Cap


Kleinmond et Hermanus :
Le jour suivant fut consacré à la découverte de la région de Kleinmond et Hermanus, avec, en fin d’après-midi, l’observation, à distance, des baleines dans la Baie d’Hermanus.


Baleineau sautant - Hermanus Bay
Baleine franche nageant - Hermanus Bay


Pour la pause de midi de notre vingt-huitième jour en Afrique du Sud, nous avons fait la découverte des vignobles de « Benguela Cove Lagoon Wine Estate », ainsi que de leur très belles caves de vieillissement, boutique, hall d’exposition et de leur extraordinaire restaurant culinaire, le « Moody Lagoon » !


Benguela Cove - R43 - Fisherhaven 
Benguela Cove Lagoon Wine Estate - Grater Hermanus
Cave et barriques - Benguela Cove Lagoon Wine Estate
Plateau de fruits de mer - Moody Lagoon Restaurant 
Dessert - Moody Lagoon Restaurant
Moody Lagoon Restaurant - Benguela Cove
Benguela Cove Lagoon Wine Estate - Botrivier Lagoon


Hermanus et les Baleines :
Le jour suivant fut consacré à une approche matinale des Baleines franches australes (Eubalaena australis) et de leurs baleineaux grâce à la disponibilité d’un équipage expérimenté de « Hermanus Whale Watchers ». 
Le très beau temps dans la Baie d’Hermanus et le professionnalisme du skipper, très expérimenté dans les interactions avec la faune marine locale et les baleines franches australes, nous ont permis d’approcher les cétacés de très près.
Ceci a grandement satisfait Ineke qui était revenue un peu déçues de notre excursion précédente. Les baleines se sont laissées observées facilement depuis le pont du « Unathi », qui est un catamaran de 15 m de long, très stable et confortable. 

Baleine franche australe - Baie d’Hermanus
Baleine franche australe - Baie d’Hermanus
Baleine franche australe - Baie d’Hermanus
Baleine franche australe - Baie d’Hermanus

Nous avons pu assister à l’allaitement d’un baleineau, qui commençait à avoir un poids respectable et une taille presque aussi grande que le bateau sur lequel nous avions embarqué pour l’excursion maritime.
Ceci s’explique par la taille moyenne déjà impressionnante des baleineaux à la naissance, puisqu’ils mesurent entre 4,5 et 7,5 m de long et qu‘ils pèsent environ 1 tonne, ils grandissent journellement de 2,8 cm et leur poids augmente de 75 kg. La taille des jeunes baleineaux est directement proportionnée à celle de leurs mères, puisque les Baleines franches australes peuvent atteindre une longueur de 15 à 17 mètres et peser de 50 à 60 tonnes, ce qui est par comparaison dix fois le poids d’un éléphant de savane d'Afrique !

La journée s’est poursuivie par une visite de la ville côtière d’Hermanus, combinée avec une promenade sur le « Cliff Path », un sentier de randonnée qui domine la côte rocheuse, et un excellent déjeuner au « Bientang's Cave Restaurant and Wine Bar ». 


Hermanus Bay Western Cap
Hermanus Bay Western Cap
Cliff Path - Hermanus Bay Western Cap
Cliff Path - Hermanus Bay Western Cap


Nous avons appris ce jour là que la rencontre entre l’Océan Indien et l’Océan Atlantique se fait quelques dizaines de km l’Est d’Hermanus, à hauteur de Cape Agulhas, et non pas à hauteur du Cap de Bonne Espérance, comme cela est généralement admis. Les eaux de l’Océan Atlantique, situé à l'Ouest de la péninsule d’Agulhas, sont généralement plus froides que celles de l’Océan Indien situées à l'Est de cette dernière. C’est une des raisons pour laquelle les géographes et océanologues situent la limite commune entre l'Océan Atlantique Sud et l’Océan Indien à hauteur de Cape Agulhas, qui est la partie du Continent Africain située la plus au Sud.
Le nom « Agulhas », portugais pour « aiguilles », aurait été donné à ce cap car l'aiguille des boussoles des bateaux des premiers navigateurs était orientée parfaitement vers le nord, c'est-à-dire sans déviation magnétique. 


Stellenbosch et Franschhoek :
Pour notre trentième journée dans les terres australes africaines nous avons emprunté à nouveau la R44 en direction de Gordon’s Bay pour ensuite visiter une partie de la région viticole à l’Est de la ville du Cap. Suite à une déviation due à une course cycliste à hauteur de la ville de Stellenbosch, nous avons du quitter la R44 et suivre la R304, en traversant les vignobles de Stellenbosch, pour bifurquer ensuite par la R101 et la R45 en direction des vignobles de la vallée de Franschhoek.


Environs de Stellenbosch Western Cap Province
Environs de Stellenbosch Western Cap Province
Environs de Stellenbosch Western Cap Province
Sur notre route nous avons rencontré des noms de vignobles évocateurs du passé et du présent très actif de cette riche région viticole. Nous avons ainsi pu observer les vignobles de « J.C. Le Roux », « Simonsig Wine Estate », « Villiera Wines », « Rupert and Rothschild Vignerons », « Solms Delta Wine Estate », « Vrede en Lust », « Plaisir de Merle Wine Estate », « Wine Estate - Bellingham Manor », « Mon Reve Wine Estate », « Noble Hill Wine Estate »,  « Antonij Rupert Wines at L'Ormarins »,  « Akkerdal Wine Estate », « Le Manoir De Brendel », « La Chataigne Wines », « Eikehof Wines », « La Motte », « Leopard’s Leap Family Vineyards », « The Vines », « La Provence Winery », « Grande Provence Heritage Wine Estate » et découvert le Franschhoek Wine Tram qui  permet de visiter les principales fermes viticoles des environs de Franschhoek.


Franschhoek est un village situé dans la municipalité de Stellenbosch, dans la Province du Cap Occidental, à environ 75 km de Cape Town. Il est considéré comme l’un des villages les plus anciens d’Afrique du Sud
En 1688, 176 Huguenots français, qui avaient fui le Royaume de France catholique suite à la Révocation de l'Édit de Nantes et s’étaient tout d’abord réfugiés aux Pays-Bas et avaient trouvé ici une Terre d’accueil, grâce à l’appui des Hollandais de la VOC (Verenigde Oost-Indische Compagnie ou Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales), qui avaient fondé la Colonie du Cap et étaient désireux d’améliorer la culture de la vigne qu’il avaient implanté dans la région.
Les huguenots étaient particulièrement expérimentés en viticulture et en œnologie, leurs efforts ont abouti à une nette amélioration de la qualité des vins du Cap au 18e siècle.
La qualité des Vins Sud Africains a continué à s’améliorer, suite à l’arrivée de nouveaux viticulteurs au 19e et 20e siècles, ce qui a contribué à accroitre la renommée mondiale qu’on acquis les vins d’Afrique du Sud.
Aujourd'hui, une quarantaine de familles huguenotes sont encore présentes à Franschhoek !

Hervormde Kerk te Franschhoek
Cloche - Hervormde Kerk te Franschhoek
Monument - Hervormde Kerk te Franschhoek
Hervormde Kerk te Franschhoek
Hervormde Kerk te Franschhoek

Le centre-ville historique de Franschhoek, où se trouve le Temple protestant de la « Hervormde Kerk te Franschhoek », correspond géographiquement au quartier de « Hugenote ».

Hugenoot Museum - Franschhoek 
Hugenoot Museum - Franschhoek
Hugenoot Museum - Franschhoek
Hugenoot Museum - Franschhoek

La rue principale mène au Musée Huguenots (Hugenoot Museum), qui est aussi un centre de recherche généalogiques, celui-ci est situé dans un parc qui englobe aussi le Mémorial Huguenots.

Mémorial Huguenots - Franschhoek
Mémorial Huguenots - Franschhoek
Mémorial Huguenots - Franschhoek

Le Mémorial Huguenots, inauguré en 1948, est constitué de trois hautes arches symbolisant les trois personnes de la Trinité, surmontées du soleil de la justice et de la croix chrétienne, à l’avant desquelles une statue centrale représente une femme qui personnifie la liberté religieuse tenant dans une main une Bible et dans l’autre une chaîne brisée. Elle rejette le manteau de l’oppression et se tient debout sur une sphère en signe de liberté spirituelle. La fleur de lys sur sa robe représente sa noblesse d’esprit. Sur le globe se trouvent les symboles de la religion protestante (la Bible), les arts et la culture (une harpe), l’agriculture (blé et vigne) et l’industrie (le rouet) et à la base figurent les mots « Die Hugenote ».

Vieux Cimetière - Franshhoek
Vieux Cimetière - Franshhoek

Tout près du musée se situe le Vieux Cimetière abritant les sépultures des Huguenots et de leurs descendants et où on peut rencontrer des noms de famille qui rappellent les origines françaises et huguenotes des premiers habitants d’origine européenne de Franschhoek : Joubert, Malan, Malherbe, Marais, du Plessis, du Puy, le Roux, du Toit et bien d’autres.

Malheureusement le Musée Huguenots était fermé pour travaux et ne ré-ouvrira pas avant Pâques 2019. Ceci qui nous obligera assurément à y revenir lors d’un prochain voyage. 

Avant de repartir de Franschhoek nous avons fait une halte gastronomique au « Franschhoek Cellar », reconnu pour ses vins raffinés et sa cuisine délicieusement rustique, et qui allie les charmes de la vie à la campagne à l’élégance d’une retraite de classe internationale.

Nous avons profité de la quiétude du jardin, pour déguster la gastronomie et les vins locaux, dont la gamme du « Franschhoek Cellar » permet de se faire une idée de la diversitee de la production viticole de la région de Stellenbosch.
Méthode Cap Classique : « Franschhoek Cellar - Brut Royale » ; « Franschhoek Cellar - Brut Rosé » ;
Vins Blancs : « Franschhoek Cellar - Statue de Femme - Sauvignon Blanc » ; « Franschhoek Cellar - La Cotte Mill - Chenin Blanc » ; « Franschhoek Cellar - Our Town Hall – Chardonnay » ;
Vin rosé : « Franschhoek Cellar - Club House – Rosé »
Vins Rouges : « Franschhoek Cellar - The Old Museum - Merlot » ; « Franschhoek Cellar - Stone Bridge – Pinotage » ;; « Franschhoek Cellar - Baker Station - Shiraz » ; « Franschhoek Cellar - The Churchyard - Cabernet Sauvignon » ou enfin l’étonnant « The Last Elephant » composé d’un assemblage de Merlot 60%, Cabernet Sauvignon 25%, Cabernet Franc 10% et Petit Verdot 5%. 


Ultimes journées à Kleinmond :
Au retour vers Kleinmond nous avons emprunté la Route régionale R45, Lambrechts Road, qui sillonne à flanc de montagne, en traversant la Mont Rochelle Nature Reserve. Dans un des lacets de la route dominant Franschhoek nous avons croisé plusieurs groupes de babouins que nous avions déjà rencontré dans d’autres parcs naturels.

Vallée de Franschhoek - Stellenbosch
Vallée de Franschhoek - Stellenbosch
Babouins - Lambrechts Road - Franschhoek

Les Babouins, appelés aussi Baboons, Bavianen, Bobbejane (en Anglais, Néerlandais et Afrikaans) appartiennent au genre Papio, ce sont des singes cynocéphales de la famille des cercopithécidés, de relative grande taille, physiquement caractérisés par un museau nu allongé, semblable à celui du chien, qui vivent en bandes organisées. Les groupes de babouins en liberté sont parfois très gênant dans leur cohabitation avec les humains, ils sont connu pour être à la recherche de nourriture facile à chaparder, et n’hésitent pas à fouiller les voitures, entrer dans les maisons et ouvrir les réfrigérateurs, qu’ils pillent de manière systématique. Les babouins sont parfois agressif s’il sont surpris dans leur actes de pillages. Il est donc recommandé, lors d’une visite en Afrique du Sud, de se tenir à distance des groupes de babouins et de prendre soin de bien fermer sa voiture, lors d’un arrêt dans leur voisinage. De plus, il est interdit de leur donner de la nourriture sous peine d’amende : « Voer van Bobbejane verbode ! »

Après une dernière journée tranquille à Kleinmond, où nous avons attendu notre voiture de rechange, suite à des ennuis avec un pneu, et un ultime diner au « Sandown Blues Restaurant » face à « Kleinmond Beach », nous reprenions le lendemain la route pour notre trente-deuxième journée en Afrique du Sud !


Ultime voyage de transit :
Notre dernier grand voyage en Afrique du Sud s’est effectué au volant d’une Toyota RAV4, qui avait été acheminée de la ville du Cap jusqu’à Kleinmond par les soins d’un des responsables de l’agence locale d’Europcar

Nous avons fait route vers le centre des provinces du Cap-Ouest et du Cap-Est, où, suite à un passage dans la région viticole « De Doorns », nous avons fait étape au « Ko-Ka Tsara Bush Camp », proche de Beaufort-West et du « Karoo National Park ». 

De Doorns - Cap West Province
De Doorns - Cap West Province
De Doorns - Cap West Province

Cette halte dans la nature Sud-africaine fut encore une fois un émerveillement, un groupe de cinq girafes nous attendais à notre arrivée dans la réserve et nous ont tenu compagnie pour notre dernière soirée dans le bush !

Karoo National Parc - Great Karoo
Ko-Ka Tsara - Great Karro
Ko-Ka Tsara - Great Karro
Girafe - Parc Naturel Ko-Ka Tsara
Ko-Ka Tsara Bush Camp - Great Karro

Parmi les formations rocheuses entourant « Ko-Ka Tsara Bush Camp » beaucoup contiennent des restes fossiles datant des ères paléontologiques, dont deux espèces sont emblématiques, le Thrinaxodon (reptile mammalien) et le Bradysaurus (anapside). Le « Fossil trail » du proche « Karro National Parc » permet d'observer les couches géologiques dans lesquelles se trouvent les restes de ces animaux antédiluviens ; Nous espérons bien revenir un jour pour le découvrir !

Upper Karro - Province du Cap Est

La journée suivante, nous avons continué notre (relativement long) voyage vers Pretoria et quitté, à regret, le « Parc Naturel Ko-Ka Tsara », pour traverser les immenses paysages semi-désertiques de la région du Upper Karoo, dans la Province du Cap Est, et nous avons fait étape le soir à Bloemfontein, chef-lieu de la Province de Vrystaat (État libre).


Après plus de cinq semaines en Afrique du Sud et plus de 6.500km parcourus (au volant de nos voitures de location) nous étions, le soir du 1er Novembre 2018, de retour à notre point de départ chez nos amis André et Rendie à Pretoria.

N1 - Pretoria -Gauteng Province
N1 - Pretoria -Gauteng Province

Cette après-midi là a été pour nous un moment de réadaptation à la fourmilière humaine des grandes villes que nous avions (avec plaisir) oublié pendant les semaines précédentes.
Constatation est faite qu’il est (sans aucun doute) plus facile de parcourir un Parc Naturel en voiture (4x4) en rencontrant des animaux que de survivre à la jungle routière d’une conurbation de 14 millions d’habitants comme lors de la traversée de Johannesburg et Pretoria, surtout lorsqu’il pleut !


Dernière journée en Afrique du Sud - Pays Arc en Ciel :
Pour cette dernière journée de notre périple en Afrique du Sud nous avons fait une longue visite au « Apartheids Museum » à Johannesburg où une exposition dédiée à la mémoire de l’activiste et président « Nelson Rolihlahla Mandela » nous a beaucoup impressionnée. 

Apartheids Museum - Johannesburg 
Apartheids Museum - Johannesburg
Apartheids Museum - Johannesburg



Remerciements :
Nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont suivi les dernières semaines, et leurs dédicaçons un peu de la chaleur africaine que nous avons trouvé autour du feu de bois dans le Boma du Silonque Bush Estate et aussi dans le cœur et les yeux de tous les sud-africains et sud-africaines que nous avons rencontrés, et de ceux qui résident dans ce Pays Arc en Ciel, et qui ont tous contribué à rendre ce périple de six semaines inoubliable et à qui nous adressons d’immenses remerciements.


Merci à tous et toutes !!!  Au revoir Afrique du Sud et à bientôt !!!
Dankie almal!  Totsiens Suid-Afrika en sien jou gou!!!
Thanks to everyone!  Goodbye South Africa and see you soon!!!