04 janvier 2017

Huit semaines d'aventures exceptionnelles !

Le 22 décembre 2016 se terminait pour nous, ma compagne de voyage et moi même, un périple de presque deux mois en Asie du Sud-Est continentale, débuté le 1er novembre précédant : 
Huit semaines d'aventures exceptionnelles !


Dans un billet, publié sur Facebook, le 21 décembre dernier, je remarquais que ce parcours, unique à plus d’un titre, était difficile à quantifier, car la somme des expériences ne couvrait que partiellement le ressenti d’un tel voyage.

Malgré cette difficulté apparente de quantification, la description de ce voyage et de quelques moments uniques, qui en ont été la marque, devraient donner une idée globale de ce qui a été pour nous une grande aventure, je vous propose de nous suivre (avec un petit décalage dans le temps) par l’intermédiaire de ce blog, dans notre merveilleuse aventure en Asie du Sud-Est.

Notre périple en péninsule indochinoise débuta réellement à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, d’où nous avons embarqué pour un vol vers Bangkok, via Moscou. 


Ce parcours aérien, effectué avec Aéroflot - Russian Airlines en un peu plus de douze heures et demi, escale à Moscou-Sheremetyevo incluse, devait nous faire franchir une distance de 9.200 kilomètres et survoler pas moins de quatorze pays : Pays-Bas, Allemagne, Pologne, Lituanie, Biélorussie, Russie, Kazakhstan, Oezbekistan, Tadzjikistan, AfghanistanPakistan, IndeBangladesh, Birmanie (Myanmar) et Thaïlande.

Ce même voyage aérien sera effectué en direction opposée lors de nos vols de retour.


La suite de notre voyage au Laos, au Viêt Nam et au Cambodge, devait occasionner sept transferts en avions, effectués avec trois compagnies régionales : AirAsia, Lao Airlines et Vietnam Airlines.

Au Viêt Nam nous avons utilisé quatre transferts en « bus longues distances », en complément des transferts aériens, voyageant de Hanoï (Hà Nội, en Vietnamien) à Sapa, dans la province de Lào Cai, à l’extrême nord du Viêt Nam, et retour, de Hanoï à la Baie de Hạ Long (ou baie d'Along pour les francophones) et retour, de Phong Nha-Kẻ Bàng à Hué, au Centre du Viêt Nam, et de Hué à Hội An, poursuivant notre chemin vers Saigon - Hồ Chí Minh Ville, au Sud du Viêt Nam. 

De tous les modes de transports ce sont bien assurément les Tuk-tuk thaïlandais, et leurs coreligionnaires laotiens et cambodgiens, qui nous ont laissé la plus forte impression.  


Nous avons aussi parcourus pas mal de kilomètres en scooters et en vélos, tant autour de Luang Prabang, au Laos, que sur la Piste Ho Chi Minh, dans le Parc Naturel de Phong Nha-Kẻ Bàng, au centre du Viêt Nam, et à Hội An, sur les rives du fleuve Thu Bồn, au Viêt Nam du Sud.


Nous avons aussi canoté et pagayé en kayak de rivière sur le « Nam Tien Lake », dans les environs de Xaignabouri, au Laos, et en kayak de mer, dans la Baie d’Hạ Long, au Viêt Nam du Nord.


En plus de nos expériences personnelles de cabotage, nous avons navigué sur plusieurs types d'embarcations, simples ou complexes : « Long Boats » sur la Haute Vallée du Mékong, au Laos, « Jonques », de pèche et de croisière, en Baie de Hạ Long, au Viêt Nam du Nord, « Bateau d'excursion » à la Grotte de Phong Nha-Kẻ Bàng, au nord de Đồng Hới, au Centre du Viêt Nam, « Bateaux dragons », remontant la Rivière des Parfums, à Hué, l’ancienne Capitale impériale du Viêt Nam, « Embarcation coquille de noix, des pêcheurs vietnamiens », sur un bras du Vịnh Cửa Đại, estuaire du fleuve Thu Bồn, dans le district de Hội An, au sud de Danang, « Barques traditionnelles en bois », propulsées par moteur, ou à la main à l’aide d’avirons, sur l’Estuaire du Mékong, au Viêt Nam du Sud, tout cela sans éprouver le mal de mer. 


Notre périple nous a emmené à visiter plusieurs sites du patrimoine mondial, portant le label de l'UNESCO : La ville de Luang Prabang (lao : ຫລວງພຣະບາງ), au Laos, le Secteur Central de la Citadelle Impériale de « Thang Long » à Hanoï, la Baie de Hạ Long, le Parc national de Phong Nha-Kẻ Bàng, la Citadelle Royale de Hué, la Vieille ville de Hội An, au Viêt Nam, et le complexe des Temples d’Angkor, au Cambodge.


Nous avons eu l’occasion de séjourner dans douze hôtelleries différentes, dont une pour « Backpakers », deux « B&B », un « Lodge Nature » au milieu de la forêt laotienne, aux commodités minimales mais qui nous a laissé un souvenir impérissable, et quelques hôtels très confortables, histoire de varier un peu nos séjours dans les métropoles vietnamienne et thaïlandaises.


Nous avons rencontré un grand nombre de personnes passionnantes, chacune avec leur histoire et leur approche de la vie digne d’intérêt.

Les variations des températures, allant de trente-cinq degrés à Bangkok, en Thaïlande, ainsi qu’à SaigonHồ Chí Minh Ville et dans la Baie d'Along, au Viêt Nam, ou encore à Siem Reap - Angkor, au Cambodge, en passant par cinq degrés à Sapa, dans le Nord du Viêt Nam, vingt-cinq degrés à Hanoï, la capitale vietnamienne, puis douze degrés au Centre du Viêt Nam sur la Piste Ho Chi Minh, nous ont fait réaliser l’étendu et la diversité de la géographie de la Péninsule Indochinoise.


Nous avons fréquenté une quantité importante de restaurants, d'estaminets et d'étals de « Street-Food », tout en réussissant à ne pas tomber malade et à ne pas avoir d'accident, mis à par quelques petits bobos et piqures d'insectes.


Mais le plus beau fut incontestablement le partage à deux de cet extraordinaire périple ! Ma compagne de voyage s'est avérée être bien plus que la compagne de ma vie, car elle est aussi sans aucun doute ma meilleure amie, tout en étant un merveilleux camarade de voyage, qui a su partager intensément avec moi chaque minute de ce long périple en Asie du Sud-Est continentale.

Nous n'avons pas emporté beaucoup de souvenirs tangibles dans nos bagages, mais nos têtes et nos cœurs sont remplis d'images et d'impressions multiples, que nous allons devoir distiller dans les semaines et les mois qui viennent.


Je sais maintenant que le Laos et le Viêt Nam, mais aussi que les Laotiens et les Laotiennes, de même que les Vietnamiens et les Vietnamiennes, me manquent et me manqueront, suite à notre retour à La Haye, aux Pays-Bas.

Mais l’avenir nous donnera peut-être la chance de les revoir un jour, si l’âme du Buddha nous est favorable et si Dieu veut bien nous prêter vie encore quelques temps !




Aucun commentaire: