21 octobre 2011

L'énigme de la disparition du cloitre des Salles

Le samedi 27 août de cette année 2011, Frère Édouard des Salles avait invité les passionnées à une découverte nocturne des secrets de la prieurale et du prieuré des Salles-Lavauguyon, situé à l'ouest de Limousin dans l'ancienne paroisse des Salles.

Cet éminent monument, de même que ses annexes, ne livre ses mystères qu'avec parcimonie et il faut bien toute la perspicacité de votre serviteur, aidé de quelques amis et des documents d'archives pour découvrir les évènements cachés de son histoire.

L'une des ces énigmes est liée à l'histoire du cloitre aujourd'hui disparu.













Pendant très longtemps les architectes spécialistes des bâtiments historiques, les historiens locaux et la tradition populaire récente ont cru que sa destruction remontait à l'écroulement de la flèche du clocher au environ de l'an 1800, pourtant il s'avère qu'il n'en est rien et qu'il faut remonter beaucoup plus loin dans l'histoire pour en connaitre la cause, car celle-ci est directement lié à la Réforme religieuse introduite en France à l'époque de la Renaissance.

La plupart d'entre nous on entendu parler des Guerres de Religion, mais peu savent qu'elles furent la conséquence d'une grande crise religieuse qui au XVIème siècle vint ébranler l’unité de l’Eglise catholique.

Suite principalement à la propagation des idées du théologien allemand Martin Luther et du traité de Jean Calvin, homme de lettres et théologien français, des foyers de réforme théologique avaient fait leur apparition un peu partout en Europe occidentale.

Entre 1533 et 1535, Jean Calvin, l'un des principaux acteurs de la Réforme religieuse, qui était protégé par Marguerite d’Angoulême (la sœur du roi François Ier et l'épouse d’Henri II de Navarre), avait séjourné à plusieurs reprises à Angoulême et dans les alentours, où il rédigea la plus grande partie de son œuvre réformatrice "L’Institution Chrétienne" (cet ouvrage devait paraître en 1535 à Bâle).

Les adeptes de la réforme protestante sont mentionnés une première fois en 1533, sous le nom de "luthériens" dans la ville de Limoges même, mais les tentatives d’installer le Culte Réformé dans la capitale de la province de Limousin rencontrèrent une forte résistance de la part des Consuls et de l'Evêque.

Dans la province voisine de l'Angoumois les réformés se manifestèrent pour la première fois en 1545, dans la ville de La Rochefoucauld.

Contrairement au Limousin où la noblesse était réticente à accepter les nouvelles idées religieuses, il en fut tout autre en Angoumois et la conversion de quelques grands seigneurs, tel François III de La Rochefoucauld (qui fut assassiné le 24 août 1572, à Paris, lors du Massacre de la Saint-Barthélemy) ou Léonor Chabot, troisième baron de Jarnac (qui avait adhéré au protestantisme en 1561), fut accompagnée par celle d'une grande partie de la population de cette province.

Bien qu'ils n'aient pu former un foyer de la Réforme digne de ce nom à Limoges, les réformés limousins constituèrent une importante communauté protestante dans la Vicomté de Rochechouart, à l'ouest du Limousin et aux limites du Poitou, de l'Angoumois et du Périgord.

La Réforme protestante avait prit pied à Rochechouart vers 1558-1559 et elle y fit de rapides progrès, cela malgré l'opposition des seigneurs locaux demeurés catholiques.

Avec la proclamation de l’Édit de Nantes par le roi Henri IV en 1598, toutes les Églises protestantes connurent un important accroissement du nombre de fidèles.

La vicomté de Rochechouart comptait vers l'an 1600 au moins 1500 personnes de Religion Réformée, dont une forte communauté était située dans l'ancienne paroisse des Salles et la seigneurie de Lavauguyon.















Les familles protestantes étant devenue majoritaires dans la paroisse des Salles, les chanoines du prieuré furent apparemment contrains de quitter leur lieu de vie préalable et de se retirer dans une maison canoniale du bourg, dans laquelle ils purent continuer modestement la célébration du culte catholique.

Bien que l'on ne sache pas avec exactitude quel fut l'utilisation de l'ancienne église romane pendant ces années troublées, la propagation des idées de la Réforme eu des effets néfastes sur les bâtiments conventuels qui entouraient la prieurale des Salles.

La population locale, majoritairement protestante, ayant jugée superflu d'entretenir des bâtiments inutilisés, s'employa à démolir le cloitre et une partie des annexes du prieuré qui se trouvaient vraisemblablement dans un état de délabrement avancé.

Ceci nous est confirmé par un document établi en 1630 lors d'une tournée d'inspection ecclésiastique, conduite par l'abbé de l’abbaye de Chancelade en Périgord, Alain de Solminihac, qui s'était rendu au prieuré des Salles pour en évaluer l'état.




















L'inspecteur et son secrétaire reçurent des chanoines de la prieurale des Salles un témoignage bien troublant : " Enquis s’il se faisait des réparations, les religieux ont répondu qu’il s’en faisait à la maison du prieur. Sommes allés à l’église et l'avons trouvée mal pavée et assez bien vitrée. Sortant de l’église, sommes allés dans les cloîtres, lesquels avons trouvés tout à fait ruinés, et n’avons trouvé aucun vestige des lieux réguliers, fort d’un petit logis pour le prieur où il y a deux chambres, près lequel est un jardin, et joignant le dit jardin, est un petit étang. Nous étant enquis qui avait fait les dites ruines au prieuré, ont répondu que cela était du fait des habitants même du lieu qui étaient huguenots du temps des guerres civiles. "

Il ne reste plus aujourd'hui de ce cloitre que quelques corbeaux et solins en pierre, qui servaient autrefois à soutenir les poutres de la charpente et à protéger de la pluie la jonction de la couverture de l'ancien déambulatoire et des murs des bâtiments prieuraux.

Bien que la présence du cloitre soit incontestablement attestée sur les maçonneries du bas côté sud de l'église prieurale des Salles et sur une partie de la façade de l'ancien prieuré par la présence de ces quelques soutiens et protections en pierre, ceux-ci ne permettent toutefois pas de préciser si le cloitre d'origine constituait un quadrilatère ou s'il était seulement formé de deux côtés accolés aux bâtiments principaux, ceci reste donc la partie cachée de l'énigme que Frère Édouard et ses amis espèrent un jour pouvoir élucider...

1 commentaire:

Anne a dit…

Près d'Angoulême, à Mouthiers sur Boëme, existe un abri sous roche datant du Paléolithique où Calvin aurait prêché vers 1520 ; il s'agit de la fameuse "Chaire à Calvin", bien connue des Charentais.

D'autre part, au musée d'Angoulême, on peut trouver un émouvant tableau datant du 19ème siècle, intitulé "Richard Young enterrant sa fille", peint par Pierre Vafflard. Ce tableau évoque le douloureux sujet des enterrements dans les propriétés privées, la plupart des cimetières de l'époque n'accueillant pas les sépultures protestantes.

Souhaitons que les rivalités religieuses de tous ordres cessent désormais et que la paix réunisse et efface les divisions.
Merci pour votre article historique très intéressant qui semble aller en ce sens.